Togo media 24

Depuis quelques semaines, une affaire d’attribution du chef-lieu de la commune de Zio 2 défraie la chronique. Les populations de Mission-Tové, mécontentes de l'attribution par l'autorité togolaise du chef-lieu de la commune de Zio 2 à Kovié par le décret n°2017-13/PR du 15 novembre 2017, manifestent leur désaccord.

Dans un mémorandum adressé au chef de l'Etat, les cadres de cette localité, réunis au sein du Comité d'Appui pour le Développement Intégral du canton de Mission-Tové (CADI-MT) estiment qu'il s'agirait d'une injustice faite à leur égard.

CADI-MT, revendique l'abjuration du décret présidentiel, afin de rétablir Mission-Tové dans ses "droits". Ils se basent sur les critères d'attribution de chef-lieu de commune notamment, le critère historique, économique et celui démographique. Outre ces arguments,  Mission-Tové considère que derrière ce décret présidentiel, se cacherait "la main noire" du vice-président Unir région maritime, M. Adedje Kodzo.

Dans sa parution du lundi 26 mars 2018, le Bimensuel d'information générale et d'investigation, la «SYMPHONIE », dans une investigation pointue, chiffres et preuves à l'appui, relève  quelques éléments qui militent en faveur du canton de Kovié, comme chef-lieu de la commune de Zio 2.

D'abord, se basant sur les critiques historiques, le journal affirme que Kovié, n'a jamais été sous tutelle formelle de Tové, comme le soutiennent mordicus les cadres de Mission-Tové.

« Quand le Togo est passé sous la domination française (à partir de 1914),  tous les chefs traditionnels qui ne se pliaient pas au diktat des blancs étaient destitués et remplacés. C'est ainsi que plusieurs collectivités territoriales ont été chamboulées dans leur organisation, et la société réorganisée dans un schéma favorable à la gouvernance des colons.  Le chef canton de Kovié va subir les représailles des français, parce qu'il était hostile à la collecte des impôts, surtout contre les méthodes déshumanisantes  ayant cours à l'époque.  Cette résistance lui a valu une destitution, et Kovié déclaré ingouvernable. A défaut de le remplacer, - parce que les blancs avaient peur qu'une autre personne désignée tienne toujours la même posture -, il a été demandé au chef  canton de Tové, un béni-oui-oui docile comme un agneau, d'administrer Kovié en attendant.  Mais durant tout ce temps, ce dernier, connaissant bien Kovié,  n'a jamais osé étendre son pouvoir sur cette localité pour agir concrètement sur la gestion et  l'organisation de la société » écrit le journal sur cette allégation.

Sur le plan sportif, il faut dire que c'est Kovié qui est parvenu à créer un district appelé ‘’District de Kovié’’. Mission-Tové, aujourd'hui est sous la responsabilité de ce district.

Prenant en compte le critère démographique,  le canton de Kovié dépasse largement celui de Mission-Tové en termes de superficie et d'habitants. En se fiant au dernier recensement général de la population et de l'habitat réalisé en 2010, le canton de Kovié dispose d’une superficie de 112,69km2. Au total, c’est 12.497 personnes repartis sur 21 villages.  Le canton de Mission-Tové de son côté  ne compte que  9040 habitants sur une superficie de 57,11km2, avec seulement 12 villages.  Les deux autres cantons de la Commune Zio 2,  Bolou et Wli, respectivement avec 10925 habitants (75,98 km2), et 4139 habitants (51,39km2) sont loin derrière Kovié.  Kovié est donc mieux placé pour être le chef-lieu de la commune de Zio 2.

En termes de contribution au  Produit Intérieur Brut (PIB), Kovié reste la première dans la localité de par « le dynamisme de ses habitants en activités génératrices de revenus » lit-on dans la parution. Le principal pôle économique de la commune reste la riziculture, et dans ce domaine, Kovié caracole en tête, disposant de  plus de 600 hectares, les autres localités se partagent  un peu plus de 300 hectares, dont moins de 100 pour Tové. Ainsi en termes de revenu moyen annuel à l'hectare, Kovié fait le milliard cinq cent millions.

Kovié dispose d'un site de pèlerinage qui draine chaque semaine plus de 1000 visiteurs et plus de 200 000 les deux derniers weekends de décembre.  Ce qui représente un potentiel économique  énorme. Il est aussi noté que le marché de Kovié, le plus grand s'anime, le lundi nuit et samedi jour, par contre, le « petit marché » de Mission-Tové, s'anime uniquement que mercredi nuit.

Le Directeur Général de l’office Togolais des recettes, (OTR), Kodzo Adedjé, serait donc accusé à tort, Kovié ne doit son nouveau statut qu'à ses atouts qui dépassent largement ceux des autres localités de ZIO 2. Et l'attribution du chef-lieu est l'œuvre du comité technique de décentralisation et non le fait d'un individu, fût-il commissaire général de l'OTR.

A en croire La Symphonie, les allégations avancées par Tové restent pour la plupart des  affirmations gratuites, et des affabulations grotesques destinées à soulever les populations contre l'autorité de l'Etat, ce qui est passible de poursuites judiciaires. 

Les défis de l'heure restent l'émergence et le développement des localités, le statut de chef-lieu n'électrifiera pas tout Tové, et ne réhabilitera pas les routes en un clin d'œil, encore moins créer 1000 emplois par baguette magique. C'est le véritable combat auquel La Symphonie convie les cadres de Tové. De tous les cantons de ZIO 2, en toute objectivité, au regard des critères retenus, Kovié est la localité la plus méritante, et ce n'est pas une question politique.



Commentaires

Faire un commentaire