Togo media 24

Vincent Bolloré et deux de ses collaborateurs sont placés en garde à vue ce 24 avril 2018. L’influent industriel français a été interpellé ce mardi dans une enquête sur des soupçons de corruption autour de l'attribution de concessions portuaires en Afrique de l'Ouest, notamment celui de Lomé, au Togo et de Conakry en Guinée.

Bolloré, très proche de certains pouvoirs en Afrique de l’ouest est entendu aujourd'hui par les juges parisiens Serge Tournaire et Aude Buresi. Par la même occasion, l’homme d’affaire français a été placé en garde à vue.

Le directeur général du groupe, Gilles Alix, et Jean-Philippe Dorent, le responsable du pôle international de Havas sont également en garde à vue. Ces personnalités sont écoutées dans les bureaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Cette organisation est soupçonnée d’avoir conseillé  Faure Gnassingbé et Alpha condé lors des campagnes présidentielles afin de bénéficier de la concession des ports de ces deux pays.

« Après avoir saisi de nombreuses pièces comptables, lors de leurs perquisitions chez Havas, en 2014 et 2015, puis au siège de Bolloré, à Puteaux, en avril 2016, les enquêteurs ont acquis la conviction que des dépenses électorales des deux présidents ont été prises en charge par le groupe Bolloré. Ils ont notamment récupéré des factures adressées par Havas à Bolloré Africa Logistics pour de prétendues prestations de communication en Guinée » a écrit nos confrères de Challenges.fr ce jour.

Nous y reviendrons.

Pour vos annonces publicitaires, contactez Togomedia24, 00228 91 06 25 88  / 00228 98 74 81 74

E-mail: togomedia24@yahoo.com  / Page Facebook: Togomedia24 / Twitter: @togomedia24



Commentaires

Faire un commentaire