Togo media 24

La ville de Sokodé (Nord du Togo)  a été le théâtre de violentes manifestations spontanées, le 16 octobre 2017, suite à l'arrestation de l'imam de l'une des mosquées de la ville. Ses fidèles mécontents, ont manifestés en posant des barricades sur la route nationale.

Des forces de l'ordre ont été déversées dans la localité pour ramener l'ordre à coup de gaz lacrymogène.

Plusieurs dégâts matériels et pertes humaines ont été signalés. Le gouvernement togolais dans un communiqué en cette date du 17 octobre 2017, annonce l'exécution de deux militaires, d'un jeune manifestant et une vingtaine de blessés enregistrés des deux côtés.

"Ces actes à visée terroriste, tendent notamment à déstabiliser les institutions de l'État et à semer la terreur au sein de la population. Ils nuisent gravement à la cohésion et à la paix sociale, et portent atteinte à l'unité nationale" peut-on lire dans le communiqué du gouvernement de M. Selom Klassou.

Tout en présentant ses condoléances aux familles éplorées et un prompt rétablissement aux blessés, le gouvernement compte prendre toutes les dispositions appropriées pour assurer la sécurité sur toute l'étendue du territoire national.

Il est reproché à ce conseiller du Leader du Parti National Panafricain (PNP)  des propos haineux envers les formes armées togolaises.

Rappelons que certains  quartiers populaires de la banlieue nord de Lomé notamment Agoè et Zongo ont aussi connus des échauffourées dans la nuit de Lundi 16 Octobre 2017.



Commentaires

Faire un commentaire