Togo media 24

La situation devient de plus en plus tendue et difficile à Lomé,  précisément dans les quartiers populaires de Bè, Akodessewa et  ses environs.

L'opposition a appelé de nouveau ses militants à continuer les contestations pour le départ de Faure Gnassingbé au pouvoir depuis douze ans, en dépit de l'interdiction des autorités.

Les affrontements entre forces de l'ordre et les militants se sont poursuivis ce 19 octobre à Lomé. Déjà l’on enregistre aujourd’hui plusieurs blessés transportés dans les centres hospitaliers de la ville.  Aux centres hospitaliers de Bè, Gbényedji et dans certains centres privés,  l’on dénombre une dizaine de blessés par tirs à balles réelles et plusieurs arrestations.

Dans d'autres plusieurs quartiers l'on assiste à des bastonnades de la part certains groupes appelé « miliciens ». Ceux-ci violent allègrement les domiciles privés des gens et bastonnent tous  sur leurs passages.

Plusieurs personnes sont restées chez eux, des écoles et commerces fermés.

La journée du 18 octobre a déjà a été émaillée d'incidents violents ayant fait 4 morts, plusieurs blessés  à Lomé et à Sokodé. 

Il est clair que le regime du dictature Faure Gnassingbé veut s'appuyer sur l'armée pour conserver le pouvoir

Par Amedjame Kodjo GAGLONOU

 



Commentaires

Faire un commentaire