Togo media 24

Démarré le 19 février dernier, les travaux  du 27ème  dialogue inter togolais reprennent le 23 février 2018   à 14 heures à l'hôtel 2 février sous l'égide du facilitateur Ghanéen, Son excellence Nana AKUFO-ADDO.

Après les activités de la première journée consacrées  aux mesures d'apaisements,  les différents acteurs vont rentrer dans le vif du sujet notamment, le point portant sur le retour à la constitution 1992 et l'épineuse question d'une nouvelle candidature ou non du chef de l'État, Faure Gnassingbé aux élections présidentielles  en  2020.

Ce  point inscrit  au préalable à l’agenda risque de faire capoter les discussions vu la position des uns et des  autres  sur cette question.

En effet,  du côté de  l'opposition, un quelconque  compromis sur une nouvelle candidature du président de la république  en 2020  n'est pas négociable à en croire les déclarations de plusieurs leaders de la coalition, tel Me Apevon des FDR (Forces Démocratiques pour la République) membre de la délégation de la coalition, lors  de la première journée des discussions « Nous allons à ce dialogue avec un esprit d'ouverture mais en même temps de fermeté ». D'autres responsables de la coalition vont plus loin en parlant des discussions qui doivent porter sur les conditions de départ immédiat du chef.

Le parti au pouvoir, Union pour la République ne compte pas céder face une telle revendication de l'opposition. Plusieurs cadres du parti au pouvoir sont intransigeants sur la question. « Aucune discussion politique ne peut porter sur le départ d'un chef d'État en fonction ni sur son éligibilité »  déclarait entretemps  un proche collaborateur du ‘Champion’ Faure Gnassingbé.

En attendant la reprise des travaux,  le gouvernement comme convenu, a procédé à  l'élargissement de  35 personnes sur les 45 promis, ainsi qu'à la libération de 6 personnes embastillées dans le cadre des affaires des incendies de marché  après leur passage devant les juges.

Face à ces positions figées au niveau des  deux  parties,  le consensus est loin d'être une réalité sur la question.

La lourde responsabilité incombe au facilitateur de concilier les deux positions afin d'éviter une fin brusque de cet énième dialogue entre la classe  politique togolaise.

Pour vos annonces, contactez Togomedia24 au 00228 91 06 25 88  / 00228 98 74 81 74

E-mail: togomedia24@yahoo.com  / Page Facebook: Togomedia24 / Twitter: @togomedia24

 



Commentaires

Faire un commentaire