Togo media 24

Alors que le pays fait face à une crise depuis près de trois mois, le mouvement Nouvelle Vision avec à sa tête son président, Dr. Kodjovi Aubin Thon s’est décidé d’apporter sa pierre à la recherche de la solution. Une solution qu’il considère comme pouvant provenir de l’intérieur. Au sortir de la table ronde organisée par le Centre de documentation et de formation sur les droits de l’homme (CDFDH) sur les questions de droit de manifestation au Togo, à laquelle il a activement participé, il en est plus que jamais convaincu.

Lire la réaction intégrale du président de « NoVi »

« Ce 10 novembre 2017, j’ai eu le privilège de participer au nom de la Nouvelle Vision à la Table Ronde organisée par le CDFDH où il était question d’évaluer les acquis et défis sur la Loi de la manifestation au Togo (Loi Bodjona-Degli).

Non pas j’en doutais mais j’ai revécu la compétence, l’aptitude et la capacité des togolais à être productifs lorsque le désir et la volonté y sont. Il est bien clair que les Togolais peuvent eux-mêmes trouver les solutions définitives aux problèmes auxquels notre nation est confrontée. Le Togo dispose des personnes capables de créer des cadres de discussion de confiance et de conduire des réflexions à profit. Si les leaders ou représentants des différents partis et mouvements politiques et de la société civile, les représentants du gouvernement et des grands officiers et les hommes de média, peuvent se créer un cadre de confiance et de discussion constructive comme cela a été le cas sous l’initiative du CDFDH et ses partenaires de André Afanou pour discuter de la loi sur les manifestations au Togo, je ne doute pas qu’ils pourraient en faire de même pour trouver les solutions aux raisons qui poussent la population à marcher?

« Les problèmes des togolais sont aussi simples qu’il nous est difficile de trouver les solutions », dixit Me Degli à la table ronde. Il est évident au vu des présentations et des analyses, que nos textes ou lois ne sont pas les vrais problèmes. Tout dépend de la motivation qui pousse celui ou celle qui l’applique. Aujourd’hui nous sommes tous conscients que les motivations des leaders, opposition comme parti au pouvoir ne sont pas les mêmes ; le pire est que aucune des motivations des deux camps, ne semble être celle de cette nation souffrante, à la recherche de l’emploi, d’un minimum de système sanitaire rassurant et d’un système juridique inspirant confiance. C’est possible que nous trouvions les solutions à notre crise surtout si nous mettons derrière nous, nos égos, nos radicalismes et nos différences pour le bonheur du peuple togolais. On en a conscience que cela ne nous coûte rien si c’est pour rendre le togolais heureux.

Créons aux Togolais des emplois, aux opérateurs économiques, des cadres de compétitions saines, rassurantes et exempts de corruption, aux techniciens et professionnels de nos institutions, un système moins aliénant et moins motivé par l’intérêt personnel et surtout pour la hiérarchie. Tournons un petit regard vers nos centres de santé et notre système éducatif. Nous aurons fait le plus grand pas dans l’histoire de cette nation.

Je remercie infiniment les organisateurs de cette table ronde, les modérateurs, les participants et la presse, et je recommande de nous organiser pour une prochaine séance sur comment faire de nos luttes personnelles celle du peuple, ce dernier présentement essoufflé, déboussolé et à la recherche de son réel messie. »

 Kodjovi Aubin Thon, PhD

Expert en Leadership et en Éducation

Président, Nouvelle Vision

‘‘Un peuple, une vision’’



Commentaires

Faire un commentaire