Togo media 24

En juillet 2014, l'état togolais avait décidé d'expulser le groupe hôtelier français, Accor gestionnaire de l'emblématique hôtel Sarakawa de Lomé.

Contrairement à la convention de gestion qui liait l'état du Togo au groupe hôtelier français. Ce dernier aurait de facto droit au renouvellement de contrat selon l'accord convenu entre les deux entités.

L’état togolais  aurait reproché à ces gestionnaires des rénovations tardives au sein de l’hôtel et une exploitation en deçà des potentialités du site.

Transporté devant la Chambre de Commerce Internationale (CCI) de Paris,  le gouvernement du Togo s'est vu infliger le 11 décembre 2017, la somme de quatre (4) millions d'euros (environ 2,6 milliards FCFA) à verser à la multinationale française.

A en croire le site français, la Lettre du Continent, le groupe Accor avait déjà remporté une première victoire en 2015 devant cette même juridiction internationale basée en France.

Et pourtant, Il y a trois mois environ,  le groupe  Accor a introduit un dossier auprès des autorités pour négocier son retour au Togo. Il propose au gouvernement de reprendre en plus de l'hôtel Sarakawa, l'hôtel Ibis. En début d'année, l'état n'a pas renouveler le contrat des gestionnaires de l'hôtel qui doivent libérer le plancher d'ici Mars 2018. 

Selon plusieurs sources proches du dossier, le conseil de l'état togolais entend interjeter appel.

Il y a quelques mois, le groupe suédois Radisson Blu, gestionnaire de l'hôtel 2 Février avait décidé de quitter contre toute attente le Togo.

 



Commentaires

Faire un commentaire