Togo media 24

Avec l'avènement des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication, les jeunes togolais se sont rapidement inscrits dans cette dynamique pour discuter au tour de groupes WhatsApp.

Au delà des discussions sur l'actualité politique, sociale, économique...,  la plateforme «Actu Togo» s'est lancée depuis quelques années dans l'humanitaire. 

La quatrième édition du «don humanitaire Actu Togo aux orphelins» s'est déroulée ce samedi 23 septembre 2017 à l'association ACS. 

ACS, créée en 1998 est une structure de prévention et de prise en charge des personnes vivants avec le VIH/SIDA et des enfants orphelins. 

Composé de cahiers, de pâtes alimentaires, de sacs, d'huiles, de tissus kaki...., ce don estimé à environ trois cent mille  francs CFA (300.000 FCFA), est issu uniquement des cotisations des membres. 

" Ce don que nous vous apportons n'est pas ce que nous avions souhaité, c'est la situation politique du pays qui a fait que nous avons eu des difficultés à collecter assez de ressources financières, mais nous vous prions de prendre soin de ce petit don pour mieux encadrer nos jeunes frères et sœurs de votre structure" a déclaré Allassani OUATTARA, l'un des membres de la délégation de «Actu Togo».

Pour le responsable de l'association Action Contre le Sida (ACS), Charles LIMAZIE, "c'est l'ensemble de petites choses qui font de grandes choses. Ce don que vous venez de faire est d'une valeur inestimable pour nous" remerciant de fait la plateforme pour cet acte salutaire. "Ce don sera destiné aux enfants orphelins de la structure" a-t-il garanti.

"Ce don que vous venez de nous apporter, va nous soulager dans nos efforts d'encadrement et de suivi des enfants, car la majorité d'entre eux vivent chez leurs tantes, grand mères ou des tuteurs; étant orphelins de père et mère. Nous vous remercions énormément"  ajoute Djodzina DEGBE, l'une des chargés de suivi des enfants de ACS.

Rappelons que Actu Togo a, au cours des dernières éditions, fait don aux orphelinats de King Mensah, Mme Makafui Abitor et à la Fondation Aprod.



Commentaires

Faire un commentaire