Togo media 24

Le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD)  a présenté Jeudi 14 décembre, à la presse nationale, son bilan d’activités pour le second semestre de l’année 2017.

Suite aux « violentes manifestations » du 05 octobre, le CJD a effectué une tournée dans la région maritime pour constater les dégâts causés par les manifestants de l’opposition. Tournée au cours de laquelle le CJD et ses associations affiliées  ont écouté et recensé les personnes ayant subies les violences.

A l’issue de cette visite de terrain effectuée par les responsables de l’association en collaboration avec la structure Tata international et l’ONG sauvons l’Afrique,  un rapport narratif et audio-visuel a été élaboré et soumis aux ministères, les chancelleries internationales  pour témoigner  les actes de vandalisme subis par certains compatriotes qui ne sont pas concernés par les manifestations.

Les violences enregistrées sont de diverses formes. Les violences physiques, verbales, psychologiques, économiques sont les violences les plus récurrentes. « Le jour du vendredi dit ‘Togo mort’, à hauteur de l’hôtel de la paix, j’ai été violenté et les gens m’ont subtilisé mon porte-monnaie contenant une somme de 613 milles francs alors que je me rendais au marché pour faire des  achats » déclare N’konou Akoele,  une des victimes.

Comme promis lors de la tournée et pour soutenir un temps soit peu ces revendeuses, commerçantes et jeunes victimes des violences des manifestations de l’opposition, le CJD avec ses partenaires, leurs ont apporté un appui financier au cours de la cérémonie tenue ce jour.

Des aides financières allant de cent milles (100 000 FCFA)  à trois cent milles (300 000 FCFA) ont été faites aux personnes victimes de violences recensées lors de la tournée. Selon les responsables de l’association, « cet accompagnement se fera étape par étape selon les urgences »

Pour finir, le CJD, ses associations affilées et organisations partenaires affirment poursuivre le processus de dépôt de leur plainte au nom des victimes contre les organisateurs de ces marches et les auteurs de ces actes de vandalisme constatés.

 



Commentaires

Faire un commentaire