Togo media 24

Le ministre de l'administration territoriale Mr Payadowa Boukpessi et ses collègues du ministère de la sécurité et de la communication ont animé, une conférence de presse ce mercredi 27 septembre 2017 au ministère de l'administration territoriale. 

A travers cette sortie médiatique, les ministres ont fait le point sur les activités liées aux manifestations publiques, l'appel de l'opposition à un "Togo mort" le vendredi et quelques sujets d'actualités. 

Le ministre Payadouwa Boukpessi affirme avoir reçu une lettre de la coalition de l'opposition pour des manifestations, le 26, 27 et 28 septembre 2017. A la suite de ce courrier de l'opposition, un travail a été effectué ensemble avec le ministre et une délégation de l'opposition pour définir de commun accord les itinéraires et les points de chute. L'opposition, après cette réunion, a envoyé une lettre en changeant le calendrier (28 et 30 septembre 2017 ) des manifestations. 

Mais le ministre déclare avoir lu sur les réseaux sociaux que l'opposition a annulé ses manifestations en appelant à une journée "Togo mort"  et déplore par la même occasion le fait qu'il n'ait plus reçu aucun courrier d'annulation de cette marche comme prévue. 

Au sujet des manifestations passées,  le ministre de l'administration estime avoir le sentiment que les partis politiques ne veulent pas respecter les textes. Il les a aussi incité à prendre le soin de lire certaines parties de la loi fixant les conditions des manifestations publiques et de la charte des partis politiques.  En exemple,  toute personne qui appelle à la violence, lors des manifestations ou est détenteurs d'armes ou autres est puni par la loi. Aussi la charte des partis politiques dit clairement que les partis politiques de l'opposition comme le parti au pouvoir ne sont pas des ennemies et ne doivent pas appeler à la haine à l'intolérance..... 

En ce qui concerne la journée dite "Togo mort" à laquelle appelle l'oppositi le vendredi le 29 septembre, le ministre de la sécurité et de la protection civile, Yark Damehane a affirmé que la journée de vendredi resterait en jour ordinaire et que chacun pouvait vaquer librement dans ses occupations. 
" Par rapport aux menaces à l'encontre de ceux qui iront travailler ou se rendront au marché, des dispositions seront prises pour assurer la sécurité des citoyens, entraver la circulation et la liberté des autres est puni par la loi" a t-il ajouté

Mr Yark Damehane affirme avoir reçu un courrier relatif au déplacement de Jean-Pierre Fabre (NDLR, chef de file de l'opposition)  pour Mango et des dispositions ont été prises pour assurer son son déplacement. 

Pour les personnes qui auraient fui les répressions à Mango, pour trouver refuge au Ghana, Mr Yark affirme avoir saisit officiellement les autorités ghanéennes pour ce cas.



Commentaires

Faire un commentaire