Togo media 24

Cela fait exactement deux mois (19 août – 19 octobre 2017)  que le Parti National Panafricain a lancé les manifestations pour réclamer le retour à la constitution de 1992 et le droit de vote de la diaspora.

Depuis, l’on a enregistré plusieurs morts des centaines de blessés et des arrestations.

Suite à l’appel à manifester de l’opposition ce 18 octobre 2017, il y a eu encore quatre morts selon le ministre de la sécurité Yark Damehame.

Cette situation inquiète véritablement le chef de l’état béninois qui selon le site de la Radio France International  mènerait une «discrète» médiation dans la crise togolaise. La semaine dernière déjà, de retour de Paris, il a fait une escale de quelques heures à Lomé.

Pour, cette chaine il a effectué un aller-retour rapide dans la matinée  de mercredi (18 octobre 2017)

L’opposition togolaise appelle à de nouvelles manifestations malgré l’interdiction des marches en semaines par l’autorité.



Commentaires

Faire un commentaire