Togo media 24

Les 26 personnes arrêtées le samedi 28 octobre 2017 par la police ghanéenne au cour d'une manifestation non autorisée  viennent de retrouver leurs libertés.

Ces personnes qui sont toutes de nationalité togolaise sont  poursuivies   pour conduite offensante, défaut de notification à la police et entente en vue de commettre un crime.

Elles ont payé  chacune une caution de 10.000GH cedis, soit environ 1.289.000.Frcs  conformément aux décisions du magistrat en charge du dossier. En attendant la reprise de l'affaire le lundi 13 novembre les 26 togolais ont tous plaidé non coupables.

Ces manifestants vêtus  de rouge et de noir  manifestaient le samedi dernier dans un parc situé dans la  commune Nima kawukudi sans avoir reçu une autorisation préalable d'où l'éruption des forces de l'ordre pour mettre  fin aux mouvements jugés non conforme aux lois ghanéennes.

Les manifestants togolais  avaient pour objectifs de réclamer  le retour à la constitution originelle de 1992 ainsi  qu'une intervention sérieuse  de l'institution sous régionale (CEDEAO) dans la crise togolaise.

Elom Adabe



Commentaires

Faire un commentaire