Togo media 24

Le leader du Parti National Panafricain (PNP), Salifou Tikpi Atchadam, à l’origine des manifestations de rues du 19 août 2017, s’est prononcé sur l’actualité politique togolaise ce 28 septembre 2017.

Reçu dans l’émission ‘’Taxi-Presse’’ sur la radio Taxi Fm, Me Tikpi Atchadam est revenu sur les revendications  que porte la coalition de l’opposition togolaise depuis le 19 Août 2017.  Tel un prince parolier, Atchadam affirme que leur objectif est clair et il s’agit du retour à la constitution de 1992 et l’effectivité du droit de vote de la diaspora togolaise.

Accusé  par les autorités togolaises d’être à la tête d’un parti intégriste qui appelle à la violence et à la haine, le président du PNP,  déclare que le régime RPT/UNIR est un régime bâtit sur la violence, l’argent et le mensonge. Selon lui, le PNP depuis plus de deux ans sensibilise ses militants à la non-violence et à l’esprit de tolérance.

«Pourquoi ils nous tuent ? Pourquoi réprimer nos manifestations pacifique alors que les militants de Unir marchent tranquillement ?  Qui use de la violence dans ce cas ? » s’est indigné ce juriste qui donne de l’insomnie  au pouvoir Mr Faure Gnassingbé depuis presque deux mois.

En ce qui concerne, les actions à venir, Tikpi Atchadam annonce deux jours de marches pour les 04 et 05 Octobre 2017, sur toute l’étendue du territoire pour toujours porter haut leurs revendications.

Pour le président du PNP, il n’est pas opposé à une quelque discussion avec le régime comme l’a suggéré les nations unis,  mais il faudrait pour cela avoir une idée claire sur l’ordre du jour  de ce dialogue avant  de  s’y engager. «Quand ce pouvoir se sent en position de faiblesse, il évoque le dialogue pour gagner du temps, combien de fois n’a-t-on pas dialogué dans ce pays ?» a-t-il ajouté.

Tikpi Atchadam pense que le RPT/UNIR ne veut pas de l’alternance  et ils font tout pour conserver la monarchie de Faure Gnassingbé.

Pour finir, le leader du PNP encourage ses militants en affirmant que tout peuple debout peut venir  à bout d’une dictature



Commentaires

Faire un commentaire