Togo media 24

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, le colonel Yark Damehame a fait le point de la situation ayant prévalu ce 18 octobre 2017, suite à l'appel à manifester de l'opposition togolaise (14 partis politiques).

Initialement interdit par l'autorité publique, certains jeunes de quelques quartiers de Lomé et de la ville de Sokodé ont tôt, érigé des barricades et brûlé des pneus suivis de la répression des forces de l'ordre et armées.

Selon le ministre de la sécurité, plusieurs morts ont été enregistrés malheureusement aujourd'hui à Lomé et à Sokodé avec plusieurs blessés et plus d'une soixantaine d'interpellations. Pour le ministre, certains citoyens se sont vu molestés et abandonnés le 05 octobre, chose regrettable.

"Je prie pour que les responsables reviennent à de meilleurs sentiments" a -t-il déclaré en exhortant les hommes politiques à appeler à l'apaisement. Il estime que les leaders de l'opposition ont monté les enchères et aujourd'hui ils ne peuvent plus faire marche arrière. Il continue en disant qu'en bons politiciens, ils auraient dus reportés cette marche.

A Sokodé, le colonel Yark déplore plusieurs casses et certains véhicules (titans) brûlés sur la route nationale.

Au sujet des supposés miliciens qui opèrent en ville, le responsable de la sécurité nationale affirme que ce sont des jeunes qui se sont organisés pour défendre leurs quartiers.

Enfin, le ministre de la sécurité présente en avance, les condoléances du gouvernement aux familles éplorées et un prompt rétablissement aux blessés.



Commentaires

Faire un commentaire