Togo media 24

Confronté à de vives contestations de la part d'une coalition de 14 partis politiques depuis plus de quatre (4) mois, le président de la république Faure  Gnassingbé, dans une interview accordée  au magazine ‘Jeune Afrique’ s'est exprimé  sur  la crise  sociopolitique qui secoue le Togo.

Faure Gnassingbé, se dit être très préoccupé par la situation difficile que traverse le pays, situation qui selon lui peut remettre en cause les nombreux  progrès réalisés dans divers domaines et saper l'image du pays à l’international. « Au-delà de l'affichage d'intention  démocratiques, ce que cherche mes adversaires c'est la captation du pouvoir avant le terme de mon mandat actuel. Tout  cela est vain, mais le  risque de ruiner la réputation du Togo auprès de la communauté internationale et des investisseurs est, lui, bien réel.....cette crise est néfaste pour le Togo » a-t-il déclaré.

Selon le chef de l'État, l'option d'un référendum pour opérer les réformes constitutionnelles et institutionnelles qui constituent la pomme de discorde entre lui et ses adversaires politiques  est toujours d'actualité « Nous y sommes tenus, c'est une disposition constitutionnelle, il aura lieu après le Dialogue » a t-i précisé.

En ce qui concerne le début du dialogue tant annoncé,  celui que les Togolais ont commencé par surnommer "l'homme simple" affirme que, le dialogue va démarrer bientôt, et que très  rapidement les travaux de la  phase préparatoire vont débuter  avant les fêtes de fin d’année 2017.

Il faut rappeler qu’à la veille des premières manifestations de la coalition, le gouvernement a introduit une  proposition de loi sur les réformes qui a été voté au 2/3 des députés à l'Assemblée  débouchant sur un référendum conformément à la constitution.

Elom ADABE



Commentaires

Faire un commentaire