Togo media 24

Le différend qui oppose la coalition des 14 partis de l'opposition et l'Union des forces du  Changement (UFC) à propos de la représentation de l'opposition parlementaire au sein de la CENI a fait réagir le gouvernement Togolais au cours d'une rencontre de presse ce 24 octobre.

Le gouvernement rejette en bloc l'idée selon laquelle l'UFC n'est  pas un parti de l'opposition parlementaire  "L'UFC a toujours siégé à la CENI au titre de l'opposition parlementaire. Aujourd'hui, on veut l'interdire...la loi qui consacre le statut de chef de file de l'opposition dont jouit M. Jean-Pierre Fabre est la même qui décerne le statut à l'UFC comme parti d'opposition..." a affirmé le ministre Gilbert  Bawara, Ministre de la fonction publique et des réformes administratives.

Il poursuit en déclarant que "conformément à l'article du 12 du code électoral,  la coalition n'est pas partie prenante à la CENI pour qu'elle s'arroge le droit de désigner des représentants"

S'agissant du recensement électoral en cours dans la zone 2 et les allégations d'enrôlement de mineurs sur les listes électorales avec des photos qui ont circulées sur les réseaux sociaux, le ministre de l'administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Boukpessi Payadowa  invite les auteurs de ces accusations à se munir des preuves pour se rendre à la Commission Electorale Iationale Indépendante lors de l'affichage des listes provisoires pour que des corrections soient faites.

Quant à une éventuelle reprise du recensement, le ministre Boukpessi  pense que cette option n'est pas d'actualité et n'est pas compréhensible.

"Je ne comprend pas comment est-ce qu'on peut un seul instant  penser qu'une institution nationale qui remplie des tâches légales et légitimes, qu'on se permette de dire qu'on va reprendre tout à zéro
...en tout cas pas au Togo..." a-t-il martelé.

L'exécutif a profité de l'aubaine pour réaffirmer sa volonté de respecter  la feuille de route de la CEDEAO dans son intégralité notamment la réalisation des réformes constitutionnelles et ceci de préférence par voie parlementaire.

Par Elom ADABE

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour vos annonces publicitaires, contactez Togomedia24, 00228 91 06 25 88  / 00228 98 74 81 74

E-mail: togomedia24@yahoo.com  / Page Facebook: Togomedia24 / Twitter: @togomedia24



Commentaires

Faire un commentaire