Togo media 24

Après la grève de trois jours la semaine dernière, les enseignants togolais sont encore une fois en débrayage pour le compte de cette semaine.

N’ayant pas eu gain de cause de leurs revendications lors des grèves du 13 au 15 novembre, les enseignants observent une cessation de travail de quatre (4) jours  à compter de ce mardi 21 novembre 2017.

Les syndicats des enseignants regroupés au sein du CPC  réclament la mise en disposition de la copie du statut particulier remise au premier ministre, l'ouverture d'une négociation sur la fixation du taux correspondant aux primes et indemnités ainsi que sa date d'effet et l'intégration des indemnités forfaitaires de vingt milles (20.000) FCFA aux salaires des enseignants qui émargent sur la subvention que l'état accorde à l'enseignement confessionnel.

Les enseignants demandent la révision du traitement des mille quarante-cinq (1045) enseignants du confessionnel qui émargent sur le budget additionnel de la subvention, la rédaction  et la  signature d'un texte de convention de partenariat entre le gouvernement et l'enseignement confessionnel dans un bref délai.

Enfin l'organisation d'un concours spécial à l'endroit des enseignants volontaires en vue de leurs intégration dans le cadre des fonctionnaires de l’enseignement.

Un tour effectué dans certains quartiers de Lomé, l’on a observé des élèves dans les rues. Certains tentent de rentrer par contre certains jouent tranquillement dans la cour des écoles.  

« On est venu aujourd’hui on n’a pas vu nos enseignants, on ne sait pas ce qui se passe. Mais surement la grève » déclare une élève de 5ème du lycée Ablogamé à Lomé.

Chez leurs jeunes frères du primaire c’est une occasion de bien s’amuser

Rachel Lossouma



Commentaires

Faire un commentaire