Togo media 24

Quand la secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie aborde l’affaire de la suspension de son directeur économique et numérique sanctionné en décembre dernier, c’est avec le ton tranchant. Invitée de l’émission International dimanche, Michael Jean a fait savoir que Kako Nubukpo ne pouvait pas en tant que « cadre d’une organisation internationale » se permettre de donner sa propre position sur une question aussi polémique que le rejet ou non du franc CFA par les pays africains. « Il a eu à écrire des livres là-dessus ! », lui rétorque la journaliste de TV5. A quoi celle qui a succédé à Abdou Diouf en 2014 répond : « On a amené à la Francophonie un économiste pour diriger cette direction. Il a d’autres qualités que celle-là », argumente Madame Jean selon qui « pour tous les directeurs à l’OIF, la règle est la même. »

Et concernant le débat autour du franc CFA hérité de la colonisation, la Francophone en Chef estime que « c’est aux Chefs d’Etat et de gouvernements qui ont à prendre ce type de décision et qui ne peut pas être prise à la légère » de se déterminer et non l’organisation dont elle tient les rênes. Le Togolais Kako Nubukpo qui fait partie des rares économistes en vue sur la scène internationale comme le décrivait un article sur le site de RFI n’hésitait pas à multiplier ses sorties polémiques ces dernières années notamment contre le franc CFA. Ses propos prononcés dernièrement au moment où le débat faisait rage avec l’expulsion du polémiste Kemy Seba du Sénégal lui ont valu une suspension par la hiérarchie qui devrait aboutir à un licenciement en bonne et due forme. Et conséquence de cette décision, son salaire lui est désormais refusé tout comme l’accès aux bureaux de l’OIF.

Cio Mag.com

 



Commentaires

Faire un commentaire