Togo media 24

l'Association des Écrivains du Togo (AET)  était en assemblée générale ordinaire ce samedi 29 septembre 2018 à Lomé. Après quelques heures de travaux, un nouveau bureau de neuf (9) membres a été élu. Ce bureau qui a un mandat de 4 ans est dirigé par, Mme ANATE Koumealo Germaine, ecrivaine et ancien ministre de la communication. 

Pour la présidente reconduite, il était question de réactualiser les statuts de l'association pour les adapter aux nouveaux défis qui s'imposent au monde littéraire.

En ce qui concerne les defis de l'association des écrivains du Togo, il faudrait travailler plus pour la promotion et la diffusion de la littérature togolaise. "Le chantier qui nous incombe est  vaste car la culture en général et dans le domaine littéraire en particulier, dans nos pays est un parent pauvre, nous n'avons pas de promoteur, donc les écrivains se sont retrouvés pour prendre leurs responsabilités et œuvrer au rayonnement de la literature togolaise" a précisé Mme ANATE Germaine.

Au nombre des actions à mener pour atteindre cet objectif, l'AET s'engage à organiser plusieurs activités. Les festivals, les cafés littéraires, les foires de livres, les concours de lectures et de déclamation sont entres autres les actes forts devant figurer à l'agenda du nouveau bureau de l'AET.

"Il est important de familiariser les jeunes à la lecture, faire renaître le goût de la lecture, mais aussi contribuer à la formation de l'être humain, car la littéraire est une source d'accès à la connaissance" a déclaré, l'ex partrone du département de la communication.

Il est à rappeler que la littérature togolaise souffre de plusieurs mots notamment, les conditions d'éditions, la diffusion et la distribution des oeuvres des ecrivains togolais.

En dehors du renouvellement du bureau exécutif devant conduire les activités de l'association, le rapport narratif et financier du bureau sortant a été présenté. 

Cette rencontre d'aujourd'hui a connu la présence de plusieurs écrivains, tels l'ancien premier ministre, Joseph Kokou Kofigoh,  du président du NET, Gerry Taama et du jeune ecrivain, Charles Olince.



Commentaires

Faire un commentaire