Togo media 24

La ligue togolaise des droits de l'homme s'est montrée indignée face à la duplicité du gouvernement togolais à travers un communiqué rendu public ce 07 novembre 2017. 

L'État togolais a annoncé lundi,  06 novembre des mesures pour apaiser le climat politique au pays, mais la LTDH constate qu'à peine 24 heures de temps, certaines villes de l'intérieur ont été assiégées avec des bastonnades et des arrestations.


Lire le communiqué 

DECLARATION DE LA LTDH : MESURES D’APAISEMENT DU GOUVERNEMENT, NOUVELLE REPRESSION ET 
MARTYRISATION DES MANIFESTANTS ET DES POPULATIONS A BAFILO ET SOKODE, QUELLE DUPLICITE ! 
Afin de renforcer et préserver la liberté de manifestation et réaffirmer sa détermination à 
promouvoir le retour au calme ainsi qu’un climat d’apaisement et de sérénité indispensable 
pour la recherche de solutions crédibles et durables à la question des réformes politiques, le 
gouvernement a décidé, ce lundi 06 novembre 2017, de la remise en liberté de 42 personnes 
interpellées, jugées et condamnées dans le cadre des récentes manifestations, la restitution
d’objets saisis à Lomé lors de la manifestation du 7 septembre 2017, ainsi que la levée de la 
mesure de contrôle judiciaire de monsieur Jean-Pierre FABRE, chef de file de l’opposition 
dans la procédure des incendies.

Le gouvernement a annoncé également l’ouverture, à Lomé, d’un dialogue avec l’ensemble 
de la classe politique togolaise.

Ces mesures ont fait l’objet de propagande sur les medias publics et privés, au plan national 
et international.

Cependant, c’est avec une profonde consternation et une grande indignation que la Ligue 
Togolaise des Droits de l’Homme a appris que la ville de Sokodé est à nouveau assiégée, 
les Forces de l’ordre dispersant avec telles brutalités et telles violences toutes tentatives 
de rassemblements.

 Le bilan fait déjà des blessés graves et des arrestations.

La LTDH note que ces faits contrastent hautement avec les mesures d’apaisement que le 
gouvernement a cru prendre et le dialogue auquel il invite la classe politique.


La LTDH condamne une fois encore cette violation grave et renouvelée de la liberté de 
manifestation, ainsi que cette attitude caractéristique de la duplicité du gouvernement qui 
n’est pas de nature à décrisper l’atmosphère politique, ni à favoriser un climat serein pour 
la conduite des discussions franches et sincères.

La LTDH interpelle la communauté internationale sur la situation particulière de la ville de 
Sokodé, et craint l’évolution vers la persécution et la stigmatisation. 

La LTDH en appelle constamment au sens de responsabilité du gouvernement et l’invite de
nouveau à créer les conditions appropriées pour la tenue, dans un bref délai, du dialogue 
auquel il appelle, afin d’éviter l’enlisement de la crise. 

Fait à Lomé, le 07 Novembre 2017

Le Président,
SIGNE
Me Raphaël N. KPANDE-ADZARE



Commentaires

Faire un commentaire