Togo media 24

Le département des Nations Unies qui s'occupe de la situation des réfugiés dans le monde n'aura plus de représentation au Togo d'ici janvier 2018. Selon cette institution, une présence permanente sur le sol togolais n'est plus indispensable.

Ce départ du HCR du Togo, inquiète plusieurs défenseurs des droits de l’homme. Pour cause depuis 2010, le Togo a  sur son territoire douze mille cinq cents cinquante-huit (12.558)  étrangers en exile avec plus de 10 000 personnes de nationalité ghanéenne et sept cents vingt (720) demandeurs d'exile.

A en croire la représentante du HCR-Togo, Mariame Diallo, il n’est pas question d’abandonner les réfugiés à leur sort. Ainsi l'organisation onusienne compte poursuivre ses activités sur le territoire à travers son appui au gouvernement et aux ONG et l'installation d'une antenne locale.

Le HCR a toujours été d'une grande importance dans la prise en charge des refugiés confrontés aux difficultés d’exile. L'organisation onusienne a récemment apporté son assistance aux personnes qui ont fui les dernières violences issues des manifestations principalement dans les localités de Sokodé, Mango et Bafilo sans oublier le rôle important qu’elle a joué en 2005 à la suite des élections présidentielles.

Par ailleurs, le HCR préconise l'ouverture d'un atelier permettant de mettre sur pied une méthode participative enfin de trouver des solutions idoines aux questions des réfugiés.

Cet atelier qui se déroulera sur 03 jours va offrir l'occasion aux différents acteurs du domaine humanitaire de réfléchir sur les voies et moyens à développer pour venir en aide aux  réfugiés.

L'obtention d'une autorisation permettant à ces réfugiés pour travailler et l'accès aux  études et aux soins de santé des enfants de ces personnes en situation de refuge est possible au Togo.



Commentaires

Faire un commentaire