Togo media 24

Dans plusieurs pays du monde, la presse est considérée comme le quatrième pouvoir. Au Togo, la presse est beaucoup plus respectée par les lecteurs les auditeurs, les téléspectateurs mais rarement par des décideurs publics. Quand vous êtes un journal togolais en ligne ou papier critiquant le régime en place, vous avez moins de crédibilité et de considération dans vos écrits et critiques objectifs pour le bien de la nation.

Il y a quelques semaines, le Bihebdomadaire l’Alternative dans sa parution du 31 Août 2018, titrait à sa une « Centre Hospitalier Universitaire Sylvanus Olympio, des médecins impliqués dans l’usage des matériels périmés ».

Cette information a causé  au sein de la population togolaise, une grande stupéfaction doublée d’une très grande inquiétude.  Le journal dans sa livraison a révélé un vaste scandale d’utilisation de matériels d’implants ou d’anesthésie périmés sur des patients.

Habitué aux grandes enquêtes auxquelles, seul le journal a le secret, cette énième enquête qui concerne la santé publique a fait bouger pour une fois des lignes.

En effet après l’exposition de ce qu’on peut appeler à la rédaction de Togomedia24.com de ‘crime organisé’, par des individus avides d’argent, le premier responsable du Centre Hospitalier Universitaire, le colonel, Adom Kpaou, après une vaste campagne d’appel à situer les responsabilités de la part de l’opinion publique, a pris certaines dispositions par rapport au fonctionnement du plus grand centre hospitalier du Togo.

S’agissant des mesures prises, le responsable de l’introduction de ces implants dans ce centre, qui n’a pas nié les faits au journal,  le Dr Alovor Guy, « chirurgien orthophoniste traumatologue, exerçant en France est interdit de toutes activités de soins et pédagogique au sein du centre hospitalier Universitaire Sylvanus Olympio ».

Cette mesure si on peut dire, est à apprécier, sauf que le directeur du centre dans sa note de service N° 1204/ MSPS/CHU-SO/DIR/DRH ne nous dit pas clairement le poste ou l’intervention que faisait le sieur Alovor au CHU avant de l’interdire de fréquentation.

Hormis cette sanction, le colonel Adom, a demandé que dorénavant « toutes les activités de soins, de travaux, d’équipements et de prestations de service divers ordres provenant de l’extérieur, doivent être subordonnées à l’autorisation préalable de la direction générale du Centre Hospitalier Universitaire Sylvanus Olympio.

Même si plusieurs acteurs de la société civile, des droits des consommateurs et de l’opinion publique trouvent ces mesures assez légères, il faut pour une fois remarquer que cette parution du N° 731 du journal a fait rogner les borgnes de ces pratiques malsaines au Togo.

Pour vos annonces publicitaires, contactez Togomedia24, 00228 91 06 25 88  / 00228 98 74 81 74

E-mail: togomedia24@yahoo.com  / Page Facebook: Togomedia24 / Twitter: @togomedia24



Commentaires

Faire un commentaire