Togo media 24

Réunis en assemblée générale ce 12 mars 2018, les agents du Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) ont décidé d'entamer une grève sèche à partir de mardi 13 mars 2018 sur toute l'étendue du territoire national. « La décision de l'AG est claire, nous allons observer à partir de demain une grève ».

Cette nouvelle cessation de travail a pour objectif d'exiger la libération du professeur Ihou Watéba, vice doyen de la  Faculté des sciences de la santé (FSS), de deux étudiants et surtout amener le gouvernement à  répondre favorablement à leur plateforme revendicative.  

« Nos objectifs sont claires. Nos premières revendications sont maintenues et nous exigeons la libération sans conditions  du professeur Ihou et des deux étudiants de la faculté de médecine maintenus en garde à vue quelques soit ce qu'on leurs reproche » indique le Dr Gilbert Tsolenyanu, secrétaire général Adjoint du SYNPHOT à la Fin de l'assemblée générale.

Au cours de ce  mouvement d'humeur les centres hospitaliers  régionaux  et préfectoraux seront fermés dans tout le pays. « Aucun centre de Lomé à Cinkassé ne sera ouvert pour recevoir les patients » a ajouté M. Tsolenyanu.

Seuls les services de réanimation, le centre de transfusion et de l'hémodialyse seront opérationnels.

Pour ce syndicat, ces mouvements loin de pénaliser les populations vont  plutôt dans leurs intérêts car les populations ont besoin des  soins de qualité et ceci passe par un centre de santé digne de ce nom avec un  personnel adéquat et dans les bonnes conditions.

Le SYNPHOT réclame entre autre le renforcement du plateau technique des centres hospitaliers, un personnel adéquat  et la libération sans conditions du  professeur  ihou  vice-doyen de la FSS et celle des  deux  étudiants de  faculté de médecine détenus  jusque-là dans les locaux du SRI dans le cadre d'une scabreuse affaire de fraude de note.

Pour vos annonces, contactez Togomedia24 au 00228 91 06 25 88  / 00228 98 74 81 74

E-mail: togomedia24@yahoo.com  / Page Facebook: Togomedia24 / Twitter: @togomedia24



Commentaires

Faire un commentaire