Togo media 24

Après deux semaines d'accalmie,  les rues de la capitale ainsi que celle des villes de l'intérieur vont encore vibrer au  rythme des manifestations de la coalition de l'opposition qui conteste depuis plus de deux mois le pouvoir de Mr Faure Gnassingbé.

Au cours d'un point de presse tenu ce 31 Octobre 2017 à Lomé, la coalition de l'opposition a dénoncé vigoureusement les sanglantes répressions de ces dernières manifestations des 18 et 19 octobre 2017.

Elle a condamné l'apparition des milices qui ont exercé de nombreuses formes de violences  sur les  populations aux  mains nues plus à Lomé  et à l'intérieur du pays notamment à Sokodé, Bafilo et Mango.

La coalition a fait une mise au point de la tournée  effectuée par certains de ses leaders à l'intérieur du pays  précisément à  Atakpamé, Sokodé, Bafilo pour apporter son soutien aux personnes incarcérées dans les différentes prisons, et souhaitée un promptement rétablissement au blessés.

Ce regroupement de 14 partis politiques n'a pas manqué de réagir au discours prononcé le samedi dernier dans la ville Tsévié par le Chef  de l'État  à l'occasion du 1er  congrès statuaire du parti Union pour la République (Unir)

« Quand le chef de l'État dit qu'il a découvert sur les réseaux sociaux qu'il est un dictateur sanguinaire, c’est de l'hypocrisie de la part du chef de l'État » a  déclaré Fulbert Atisso, président du parti ‘’Togo Autrement’’ membre de la coalition.

Pour le groupe des 14, la déclaration du chef de l'État s'apparente ni plus  ni moins à un aveu de complicité.

La coalition a relevé au passage que les manifestations des 7, 8 et 9 novembre 2017 ne  souffre d'aucune interdiction et qu'il y a déjà eu un accord avec les ministres en charge des manifestations sur les itinéraires. Les dernières divergences seront aplanies ce 31 octobre 2017  au cour d'une rencontre avec le ministre de la  sécurité et celui de l'administration territoriale.

Les forces démocratiques de l’opposition ont une fois encore  réaffirmé leur  détermination à aller au bout de leurs revendications qui sont entre-autre : le retour à la constitution originelle de 1992, la libération des détenus politiques, l'amélioration du cadre électoral, le déverrouillage des institutions de la république et le vote de la diaspora. 

« Nous maintenons le cap sur nos objectifs » a affirmé Brigitte Adjamagbo de la CDPA membre de la coalition.

Fulbert Atisso a renchérit dans le même sens en rappelant à toute la population togolaise que la coalition de l'opposition sera à nouveau dans les rues les 7, 8 et 9 Novembre 2017.

Elom Adabe.



Commentaires

Faire un commentaire