Togo media 24

Des motocyclistes trainant leurs engins, des véhicules se faisant tirer par d’autres, c’est la scène que l’on peut observer ce 02 janvier 2018, dans les rues de la capitale (Lomé)  et dans certaines villes de l’intérieur du pays.

La raison, une pénurie de carburant dans les stations d’essences. « Nous avons passé la commande depuis vendredi, mais nous n’avons pas été servi jusqu'à présent » déclare un gérant de station d’essence à Lomé. « A cause des fêtes nous avons anticipé sur les commandes, normalement après 24 ou 48 heures nous sommes servi, le problème se situe au niveau de la STE » ajoute-t-il.

Cette dernière, est la Société Togolaise d’Entreposage, elle est chargée d’approvisionner les stations d’essences en carburant.

Dans les stations qui servent encore, ce sont d’interminable queue de clients qui sont observées.

Ce phénomène était déjà remarqué par certains togolais, il y a déjà deux jours. Mais c’est ce jour que la pénurie s’est généralisée. Pour trouver du carburant, il faut chercher les vendeurs de ‘’boudè’’ qui se frottent les mains. Le litre est vendu au prix de 1000 FCFA ou 1 500 FCFA.

Plusieurs personnes se demandent si nous n’allons pas vers une augmentation du prix du carburant ? Cette question trouve sa raison d’exister car les pénuries d’essences au Togo se terminent souvent par une augmentation du prix du carburant à la pompe. D’autres ironisent en estimant que ceci doit être un « cadeau de nouvel an » de la part du gouvernement. Aucun communiqué officiel n’est encore sorti sur ce sujet.

Il y a quelques semaines, le syndicat des transporteurs des hydrocarbures avaient réclamé la démission du directeur de la STE suite à plusieurs décisions non partagées. Sont-ils effectivement entrés en grève ?

Les tentatives pour joindre des deux entités pour plus d’informations n’ont pas été fructueuses.

Nous y reviendrons.



Commentaires

Faire un commentaire