Togo media 24

« Ce qui s'est passé hier, était une répression barbare d'une manifestation pacifique qui n'est pas sortie de son cadre légal ». C'est en ces termes que l'honorable député Dr Kampatibe, l'un des responsables de la coalition de l’opposition a qualifié les violences survenues lors de la manifestation du 28 décembre 2017 à Lomé.

Il va plus loin en  rejetant en bloc toutes les accusations du ministre de la sécurité et de la protection civile, qui qualifiait les organisateurs de la manifestation de « criminels ».

Pour le porte-parole de l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI), le gouvernement a prémédité les événements d'hier dans le but de décourager les manifestants : « la répression d'hier était préméditée, depuis quelques jours, on sentait que Yark  avait l'intention de disperser les manifestants ».

Quant aux allégations du ministre concernant un éventuel  meeting à Déckon et non au point de chute habituel voulu par la coalition, M. Kampatibe affirme que ce sont de fausses accusations et que cela ne justifiait pas une dispersion du mouvement : « aucune disposition sécuritaire n'autorise pas les gens à disperser une manifestation pacifique qui n'a pas dégénérée » a-t-il indiqué chez nos confrère de Radio Victoire FM Lomé.

Par ailleurs, le Dr a profité du canal de ce media pour faire le point sur l'assistance en vivre et non vivre apportée  aux compatriotes, de la partie septentrionale du pays, qui depuis le début de la crise ont traversés la frontière pour aller de l'autre côté  du Ghana. Ces dons  sont estimés à deux (2) millions 150 000 milles Francs CFA et constituent  le deuxième du genre. Elles  ont été offertes dans la journée du jeudi  28 décembre  2017.

Pour finir, le député a lancé un appel aux populations à sortir massivement pour la dernière manifestation de l'opposition qui se déroulera le samedi prochain sur toute l'étendue du territoire. Il réaffirme la volonté de la coalition à participer à une éventuelle discussion avec le  gouvernement pour une sortie définitive de la crise.

La rédaction.



Commentaires

Faire un commentaire