Togo media 24

Un togolais et sa famille risque d'être exportés  d'Australie pour le Togo lundi prochain. C'est ce que nous apprenons du site internet australien adélaïde.com.au. 
M. Koku Wotodzo,  sa femme et ses trois enfants (Perpetua 11ans, Marcus 7ans et Francis 4 ans)  sont menacés d'être renvoyés au Togo pour cause d’invalidité du visa. 

©togomedia24.com
Le togolais,  professeur à l'universitaire de Flinders et sa jeune famille seront déportés au Togo où ses enfants n'ont jamais connu. 
Koku Wotodzo est arrivé en 2006 en Australie  avec un visa d'étudiant international avec sa femme Eva.  Depuis 3 ans le couple togolais a cherché à obtenir un statut de résidents permanents sans suite favorable.  
Pour Koku, le Togo est un pays en développement, par rapport à l'Australie qui mieux en terme d’offre de santé et d'éducation, et c'est sûr. 

« l'Australie est notre foyer et c'est le seul endroit que nos enfants ont connu » a déclaré M. Koku Wotodzo.

Le couple togolais  avait passé dix ans au Danemark avant de de s’installer en Australie,

Ils ont introduit vendredi, une dernière tentative au ministre adjoint de l'immigration, Alex Hawker, pour que leur cas soit réexaminé.

M. Wotodzo a travaillé comme tuteur et professeur occasionnel à Flinders Business School au cours des neuf dernières années, alors que Mme Wotodzo a travaillé occasionnellement comme interprète de contrat pour ABC International.
M. Koku affirme qu’il s'est rendu au Togo que deux fois au cours des 21 dernières années et  le motif était juste pour le renouvellement  leurs passeports
« Mes parents sont décédés et je n'ai plus qu'un frère, si je retourne, je serai un étranger dans mon pays » a ajouté  M. Koku


M. Wotodzo a déclaré qu'ils avaient fait appel devant le ministre en 2014, qui a pris deux ans pour prendre la décision de ne leur accorder aucune résidence permanente.
« Ensuite, le service de l'immigration a repris  l'affaire qui nous a donné de l'espoir et nous avons pensé que le résultat serait positif, mais tout à coup, et de façon surprenante, c'était négatif, Nous étions dévastés, surpris et confus » s’indigne-t-il. 

Pour le professeur Phyllis Tharenou, l'Université de Flinders a soutenu M. Wotodzo en Australie, en disant qu'il était un membre précieux de l'établissement.
L'Université Flinders, comme les autres établissements d'enseignement supérieur, souhaite avoir l'opportunité d'exploiter les compétences des meilleurs et les plus brillants, où qu'ils viennent rapporte le média australien. 

M. Wotodzo serait un homme qualifié et un atout pour l’Australie et son départ n'arrangera pas l'Université.     

Wait and see.



Commentaires

Faire un commentaire