Togo media 24

La vente ‘illicite’ de carburant est combattue par le gouvernement togolais à travers la mise en place de plusieurs opérations dénommées ‘Entonnoir’.

Bien que ce phénomène de vente de carburant qui consiste à exposer de l’essence dans des bouteilles d’un, deux ou encore 5 litres au bord des routes sans une réelle précaution engendre des pertes en vies humaines, plusieurs togolais continuent cette activité.

La majorité des togolais y compris ceux qui exercent ce commerce est bien consciente des dangers de ce gagne-pain, mais selon eux, cette activité leur permet un temps soit peu de prendre soins de leurs familles.

« Cela fait plus de 7 ans que je vends du carburant illicite. Aujourd’hui mon premier fils est à l’université et sa jeune sœur en classe de 3ème,  et c’est bien grâce à ce commerce, c’est rentable et ça nous aide » affirme James T, un vendeur de carburant illicite à Agoè assiyéyé.

D’où provient ce carburant communément appelé «Boudè » ?

Le Togo n’est pas producteur de carburant ce qui est clair pour l’instant. Contrairement au Togo, certains pays de la sous-région notamment le Ghana et le Nigeria sont producteurs de pétrole.

Selon quelques commerçants de ce carburant, leurs marchandises viennent du Ghana et du Benin. D’aucuns affirment que certains villages de la ville d’Aného seraient la porte d’entrée de l’essence de contrebande au Togo.

La récente disparition d’un jeune tué par balle lors d’une de ces opérations à Tokpli dans la préfecture de Yoto ravive les tensions.

Dans une émission interactive sur une radio de la capitale, plusieurs auditeurs ont affirmé ne pas comprendre cette course poursuite qui est souvent observée entre ces vendeurs de carburant boudè et les forces de l’ordre de l’Opération Entonnoir.

Pour eux, les portes d’entrée de ce carburant au Togo sont bien connues par les autorités sécuritaires qui combattent ce fléau.

Existent-ils des complicités entre les commerçants de ce carburant et certaines forces de l’ordre avec des officiers haut gradés ? Difficile de répondre en apportant les preuves de cette allégation mais la question est réelle et mérite d’être posée.

Comme nous l’avons signifié plus haut, le Togo n’est pas producteur de pétrole et le gouvernement togolais est censé contrôler tous ce qui rentre sur le territoire togolais. Mais l’on peine toujours à comprendre comment ce carburant arrive-t-il facilement à passer les frontières.

La lutte contre cette vente illicite doit se faire à la source. Si l’on compte vraiment mener cette lutte de façon efficace, il faudrait s’attaquer à la racine. Puisque ce qui se fait présentement s’apparente à un déplacement de problèmes et non une résolution. Car cette activité constitue un manque de gagner de plusieurs milliards de FCFA à l’Etat Togolais.

Il est aussi important pour le gouvernement, tout en proscrivant cette activité sur le territoire national de proposer une alternative à tous ces jeunes qui s’efforcent à trouver un pain quotidien à travers cette activité dangereuse pour leurs vies mais aussi pour la société togolaise.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour vos annonces publicitaires, contactez Togomedia24, 00228 91 06 25 88  / 00228 98 74 81 74

E-mail: togomedia24@yahoo.com  / Page Facebook: Togomedia24 / Twitter: @togomedia24

 

 



Commentaires

Faire un commentaire