Togo media 24

Initialement prévue pour chuter à la plage en face de l'hôtel Santa Maria, la deuxième journée (28 décembre 2017) de manifestations de la coalition de l'opposition a été dispersée à coup de gaz lacrymogène au centre commercial de Déckon.

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, le colonel, Yark Damehane, au cours d'un point de presse a tenu à expliquer les faits survenus en ce jour.

Pour le ministre, cette situation pouvait être évitée si les organisateurs avaient respecté les clauses des rencontres préparatoires de ces marches. « Il n'était pas question de faire un meeting à Déckon, car c'est un centre commercial où certains compatriotes font leurs affaires ». Selon, Yark Damehane, un parti politique lors de sa réunion hebdomadaire a demandé à ses militants de sortir de l'itinéraire.

Le colonel Yark Damehane, va loin en qualifiant les organisateurs de la marche de "criminels", car ils ne sont pas sérieux, « ils ne peuvent pas rester derrière et demander aux jeunes d'avancer ».

Le ministre de la sécurité réaffirme l'engagement du gouvernement à encadrer les manifestations publiques, «le gouvernement n'a aucune intention d'empêcher les manifestations ».

En dehors de Lomé,  l'opposition a manifesté dans les autres villes du pays (Kévé, Aného, Amlamé, Kpalimé...).

Pour finir, le ministre dit regretter ce qui s'est passé ce jour et profite pour souhaiter une bonne et heureuse année 2018 à toutes et à tous.



Commentaires

Faire un commentaire