Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
dimanche, mars 24

Togo : les conclusions des journées de réflexion de la C14

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition, après dix-huit mois de contestations et de manifestations contre le régime de Faure Gnassingbé, était en journées de réflexion, les 20 et 21 février 2019.  Ce ‘conclave’ avait pour objectif « de faire le bilan du chemin parcouru et définir de nouvelles perspectives pour la poursuite de la lutte pour l’alternance au Togo »

En intégralité pour vous le relevé des conclusions publié ce 12 mars 2019 par la coalition :

  JOURNÉES DE RÉFLEXION DE LA COALITION DES 14 PARTIS DE L’OPPOSITION TOGOLAISE (C14)  20 et 21 Février 2019 à Lomé 

RELEVÉ DES CONCLUSIONS

_________________________________________________________________________________

 Après 18 mois de lutte commune pour exiger, entre autres, le retour à la Constitution originelle de 1992, la refonte du Cadre électoral et le droit de vote pour les Togolais de l’étranger, les partis politiques membres de la Coalition de l’Opposition togolaise ont pris la décision en Conférence des Présidents, de se réunir en deux journées de réflexion pour faire le bilan du chemin parcouru et définir de nouvelles perspectives pour la poursuite de la lutte pour l’alternance au Togo. 

Une cellule de travail avait été mise sur pied pour proposer un document de travail sur la vision stratégique ainsi qu’un ordre du jour pour les deux journées de réflexion.  

A la suite des propositions formulées par la cellule de réflexion, un document préparatoire intitulé « Vision stratégique de la C14 » ainsi qu’un programme de travail ont été adoptés pour servir de base au bon déroulement des deux journées de réflexion qui se sont tenues les 20 et 21 Février 2019 à Lomé. 

Etaient présents à ces journées de réflexion : 

  • L’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) représentée par Messieurs Jean-Pierre FABRE, Patrick LAWSON et Eric DUPUY
  • L’Alliance pour la Démocratie et le Développement Intégral (ADDI) représentée par Messieurs Aimé GOGUE, Laurent Kodzogan ATSU et Madame Denise KOUPOKPA
  • La Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) représentée par Madame Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON et Messieurs Pascal ADOKO et Boutchou SIBABI
  • Les Démocrates Socialistes Africains (DSA) représentés par Messieurs Sambiri TARGONE, Richard TINDJO et Gbaré NABINE
  • Les Forces Démocratiques pour la République (FDR) représentées par Messieurs Paul Dodji APEVON, James AMAGLO et Kohan BINAFAME
  • Le Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) représenté par Messieurs Tchessa ABI, …. Tchakora BODE et Raphaël Biaou TCHALA
  • Le parti « Les Démocrates » représenté par Messieurs Gérard AKOUMEY, Yawovia FOLLY et Kouami N’GUISSAN
  • Le Parti des Togolais représenté par Messieurs Nathaniel OLYMPIO, Vincent ABIDY et Madame Rakya ASSOUMANA
  • L’Union des Démocrates Socialistes du Togo (UDS-TOGO) représentée par Messieurs Antoine FOLLY, Etienne Erolakaza TCHAGOLE et Abotsi Kwaku Mensa TSEKPO

L’opportunité a été donnée à chaque participant de livrer ses propres évaluation et analyse du chemin parcouru et surtout des raisons explicatives des résultats auxquels la Coalition est parvenue. A la suite des discussions, les conclusions ci-après ont été approuvées par l’ensemble des participants : 

  1. Le bilan des 18 mois de lutte commune pour la démocratie au Togo

1.1 Les résultats obtenus 

  • Les participants ont fait le constat unanime qu’à ce jour, la Coalition n’a atteint aucun des objectifs qu’elle s’est fixés dans sa plateforme revendicative, ce que les participants ont déploré. Ils considèrent que les élections législatives unilatérales du 20 décembre 2018 ayant abouti à une Assemblée nationale monocolore constituent un vrai recul par rapport à l’objectif d’un Togo démocratique que tous les Togolais appellent de leurs vœux.
  • Les participants ont quand-même relevé tout au long de ce combat commun, des éléments encourageants permettant d’envisager l’avenir avec optimisme et conviennent de poursuivre la lutte avec encore plus de détermination.
  • Au titre des éléments encourageants, les participants ont relevé une prise de conscience générale de ce que la lutte pour l’alternance et la démocratie est une lutte collective qui doit rassembler les forces démocratiques, les organisations de la société civile et les Togolais de l’étranger.
  • Les participants se sont félicités de ce que, malgré toutes les embûches et difficultés auxquelles elle a été confrontée, la Coalition ait su résister au temps et à l’usure. Elle a réussi à briser des barrières et tabous artificiels développés et entretenus de longue date par un régime qui s’est toujours évertué à présenter le combat du peuple togolais pour la liberté et la démocratie comme un combat antagoniste Nord-Sud. Toutes les zones du pays jusqu’alors fermées à toutes formes de contestation grâce aux dispositifs militaires de répression déployés par le régime se sont désormais jointes au mouvement de libération nationale
  • Les participants se réjouissent de ce que la mise en place de la Coalition ait non seulement, canalisé et renforcé la détermination des Togolais contre le régime dynastique RPT-UNIR mais aussi, grandement contribué à susciter l’espoir auprès des populations togolaises. 

1.2 L’évaluation et de l’analyse des résultats constatés 

  • La synthèse des différentes interventions sur ce point a fait apparaître que, dans l’euphorie générale née de la très forte adhésion des populations togolaises à sa plateforme revendicative, la Coalition a, par moments, confondu l’objectif (l’alternance) et les moyens (manifestations et dialogue) pour parvenir à son objectif.
  • Les discours, les déclarations et les attitudes n’ont pas toujours été l’illustration d’une véritable homogénéité au sein de la Coalition. Les participants ont volontiers reconnu que ce manque d’homogénéité a pu parfois conduire la Coalition à des actes ratés ou manqués.
  • A titre d’exemple, les participants ont unanimement admis que la décision de suspendre les manifestations de rue à la demande des Facilitateurs a été préjudiciable à la mobilisation populaire nécessaire au maintien de la pression sur le régime. Après la suspension, la Coalition n’a plus jamais été en mesure de se donner les moyens de reprendre les manifestations avec la même ampleur.
  • Le parcours de la Coalition a également été marqué par un déficit de cohésion, de confiance et de solidarité avec comme conséquences, des actes parfois désordonnés, des prises de position individuelles non conformes aux positions d’ensemble adoptées au sein de la Coalition, des annonces d’activités qui se sont soldées par des reports
  • Les participants ont observé que la mobilisation populaire n’a pas eu la même ampleur dans toutes les zones du pays. Dans certaines zones, les actes de répression systématiques perpétrés par les forces de défense et de sécurité au service du régime ont souvent contraint les populations à des réflexes sécuritaires légitimes qui ont pu dissuader certains Togolais désireux de sortir dans la rue.
  • Les participants ont également reconnu que, l’absence ou le mauvais fonctionnement des structures locales fédérées de la Coalition à l’intérieur du pays ont été préjudiciables au travail d’information, d’explication et de pédagogie nécessaire à une forte mobilisation des populations.
  • Les participants ont relevé l’insuffisance des actions de convergence en direction de la société civile et des diasporas pour opérer le saut qualitatif qui aurait donné un caractère plus citoyen à la mobilisation populaire.
  • Au sujet du mot d’ordre de boycott du dernier recensement et du refus de participer aux élections législatives du 20 décembre 2018, les participants ont unanimement réaffirmé leur pleine adhésion à ce choix politique responsable de ne pas servir de faire-valoir à une parodie d’élection.
  • A ce sujet, les participants ont déploré le fait que la CEDEAO ait interrompu le processus de Dialogue sans avoir apporté des solutions à la crise togolaise et n’ait pas été en mesure de faire respecter sa propre feuille de route.
  1. Les fondements d’une nouvelle dynamique unitaire des forces démocratiques
  • Les objectifs et la ligne politique
  • Les participants ont réaffirmé leur adhésion aux trois objectifs ci-après de leur lutte commune pour la libération du Togo :
  1. Obtenir la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales y compris le droit de vote pour les Togolais de l’étranger ainsi que les conditions d’organisation d’élections démocratiques, transparentes et équitables au Togo
  2. Obtenir la libération de tous les militants des partis politiques et des organisations de la société civile encore en détention dans les prisons togolaises suite aux manifestations pacifiques organisées par la Coalition, le retour au pays de tous les réfugiés et des exilés,
  3. Nous organiser pour aller ensemble aux prochaines élections.
  • Les participants sont décidés à poursuivre leur combat au sein de la Coalition et à mobiliser encore plus fortement les populations togolaises pour l’obtention des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, la victoire aux prochaines élections en vue d’une meilleure gouvernance du Togo au profit du peuple togolais
  • Les participants se sont accordés sur le principe d’aller ensemble aux prochaines élections locales et se sont engagés à lutter avec les populations togolaises afin que les prochaines élections se déroulent dans les meilleures conditions de transparence et d’équité.

2.2 Le débat sur la prochaine élection présidentielle 

  • A l’issue d’un débat franc, sincère et ouvert, les participants se sont engagés à accentuer la mobilisation pour obtenir les réformes et à aller ensemble à la prochaine élection présidentielle de 2020 en mutualisant les ressources.
  • A cet effet, les participants ont reconnu que la désignation par la Coalition d’un candidat unique face au candidat du pouvoir serait l’option idéale sans pour autant minimiser les difficultés liées à la mise en œuvre d’une telle option.
  • Sur les neuf (9) participants, six (6) se sont prononcés en faveur de la désignation d’un candidat unique de la Coalition à la prochaine élection présidentielle, deux (2) en faveur de candidatures multiples sous un parapluie commun et un (1) n’a pas encore de position clairement affichée sur le sujet.
  • Tous les participants sont néanmoins d’accord pour faire du prochain mandat, un mandat de transition impliquant tous les acteurs autour d’une plateforme politique commune
  • Les participants se sont engagés à poursuivre les discussions sur les modalités pratiques de mise en œuvre de cette option, notamment celles concernant les modalités et les critères de désignation d’un candidat unique

2.3 La restructuration de la Coalition 

  • En vue d’une meilleure efficacité, les participants ont décidé de restructurer la Coalition autour des instances suivantes :
  • Une Conférence des présidents, regroupant les 1ers responsables des partis membres. Elle sera l’instance de décision et d’orientation politique de la Coalition et aura en son sein, un Comité Stratégique et un Porte-parolat
  • Une Conférence plénière composée de la Conférence des présidents, d’un Collaborateur de chaque premier responsable de parti et des responsables des Commissions.
  • Une Coordination nationale tournante composée de trois Présidents de parti. Elle sera l’organe de direction de la Coalition
  • Un Secrétariat Exécutif avec en son sein, des Commissions spécialisées. Il sera l’organe d’exécution de la Coalition
  • Une coordination locale sera mise en place au niveau de chaque préfecture à l’image de la coordination nationale 
  • Les actions urgentes à mener
  • Les participants ont convenu de poursuivre les discussions sur les modalités de mise en œuvre des conclusions des deux journées de réflexion
  • Les participants ont décidé d’entreprendre des démarches officielles et républicaines auprès des autorités togolaises afin de les saisir d’un certain nombre de sujets de préoccupations et d’intérêt national.
  • Les participants ont adopté un programme d’actions de mobilisation, de sensibilisation et d’information en direction des populations togolaises.
  • A la suite de ces deux journées de réflexion, des invitations formelles ont été adressées aux partis politiques membres de la Coalition n’ayant pas pris part aux travaux afin de partager avec eux les conclusions auxquelles les participants sont parvenus. La même démarche a été menée en direction des partis politiques partenaires de la Coalition et des organisations de la société civile et de la Diaspora.

   Fait à Lomé, le

Pour la Coalition,

La Coordinatrice,

 Mme Brigitte ADJAMAGBO-JOHNSON

 

About Author

Aubin Koutele

Administrateur principal du site Togomedia24, Nous essayons de faire notre part pour le Togo. Pour vos annonces publicitaires, Contactez Togomedia24, 00228 91 06 25 88 E-mail: togomedia24@yahoo.com

Laisser une réponse