Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
mercredi, août 21

Récurrence des accidents sur le boulevard Jean-Paul 2 : de la nécessité que chacun fasse sa part

La route est un facteur important dans le développement d’un pays. La construction et la réhabilitation de nombreuses voies par les autorités Togolaises sont à saluer. Cependant, depuis quelques moments certaines infrastructures  routières  sont devenues des dangers publics.

Tel est le cas de la route Lomé-Vogan-Anfoin particulièrement, le boulevard Jean-Paul qui est devenu la route par excellence des accidents de circulation. Il y a presque deux semaines sur ce tronçon, l’on a enregistré trois morts et plusieurs blessés.

Pourquoi l’on dénombre tant d’accidents sur cette route ?

La lenteur dans la finition des travaux. Cette route  qui a été au cœur de tous les débats depuis un certains nombres d’années demeure toujours dans un état indigne. En dehors de l’absence du traçage, les caniveaux sont à ciel ouvert, pas de panneaux de signalisation. Bien que plusieurs citoyens empruntent déjà cette route, il est à noter que cette route n’a toujours pas été officiellement ouverte pour usage.

En dehors des points évoqués plus haut, les usagers de la route eux-mêmes, sont parfois à la base de ces nombreux accidents dénombrés sur cette voie. L’excès de vitesse, la conduite sous l’effet de stupéfiants… Le téléphone au volant est devenu pour certains togolais, un mode pour se faire voir. Ces comportements  occasionnent ainsi plusieurs accidents de circulation avec des blessés graves voire des pertes en vie humaine.

Que faudrait-il faire pour réduire le nombre d’accidents sur ce tronçon ?

Il est temps de rappeler à chacun ses responsabilités afin de préserver la vie de nos concitoyens. Le ministère en charge du transport et des travaux publics doit prendre des dispositions pour que les travaux sur cette voie soient  rapidement finalisés. Ceci par le traçage,  l’éclairage, la fermeture des caniveaux, l’installation des panneaux de signalisation et la mise en place d’un dispositif sécuritaire contraignant par rapport au respect du code de la route.

Concernant les usagers, le code de la route existe pour notre propre sécurité. Il est nécessaire voire obligatoire  que chacun fasse l’effort pour le respecter. Aux conducteurs de taxi-moto, nous en appelons à une prise de conscience dans l’exercice de leur métier, notamment le respect des panneaux et feux de signalisation, rouler à une vitesse raisonnable et proscrire la prise de ‘stupéfiants’.

Vivement que chacun fasse sa part afin de préserver les vies humaines. Car aucun développement ne peut se faire sans le capital humain.

Print Friendly, PDF & Email

About Author

Elom ADABE

Rédacteur en chef du site Togomedia24

Laisser une réponse