Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
lundi, janvier 27

L’Agriculture et le genre au cœur d’une conférence internationale à Lomé

Les acteurs du monde rural du continent Africain ont entamé ce lundi 11 novembre à Lomé la conférence annuelle 2019 du ReSAKSS (Système régional d’analyse stratégique et de gestion des connaissances). La dite rencontre est organisée par l’Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires (IFPRI) en collaboration avec la Commission de l’Union africaine (CUA).

Il sera question au cours de cette édition de faire la revue et le dialogue autour de l’agenda de mise en œuvre du Programme Détaillé de Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA).

Cette 19ème rencontre annuelle du ReSAKSS a été ouverte par le ministre de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique du Togo, M. Noël Koutéra BATAKA. Ce dernier a tenu à saluer les acteurs qui ont contribué à la réactivation du ReSAKSS en 2009 au Togo. Le ministre a également convié les délégués à produire des éléments qui aideront à la rédaction de meilleures politiques nationales, sur l’équité genre.

  1. BATAKA a rappelé l’importante position qu’occupe l’agriculture dans la transformation de l’économie Togolaise.

« L’agriculture est au cœur de l’action du gouvernement car demeurant un levier essentiel de la création de richesse et d’emploi, du développement inclusif et de la promotion de la croissance économique au niveau du pays. L’égalité de genre et l’autonomisation des femmes est au cœur du Plan National du Développement (PND) à l’horizon 2022. En effet, dans son axe 3: « consolider le développement social et renforcer les mécanismes d’inclusion » il met l’égalité de genre et l’inclusion au rang des principes directeurs devant conduire à l’atteinte de ces résultats. Tout en adoptant une approche transversale de l’intégration du genre dans ses trois axes d’intervention, le PND y a consacré un effet spécifique à savoir « l’équité et l’égalité de genre sont renforcées » a indiqué le ministre de l’agriculture.

En dehors du ministre Togolais, d’autres personnalités au rang desquelles on peut citer Dr Afeikhena Théo Jérôme, conseiller spécial auprès du commissaire du Département de l’économie rurale et de l’Agriculture de la Commission de l’Union Africaine (AUC-DREA). Il a dans son discours plaidé en faveur du genre, particulièrement de la gent féminine.

Que retient-on du rapport de la rencontre de 2019 ?

De cette rencontre, l’on pourra retenir selon Agnès Quisumbing, chercheur senior à l’IFPRI et coéditrice du rapport,  que « l’élément nouveau avec le rapport ATOR de cette année, c’est qu’il souligne les nombreux coûts de l’inégalité entre les genres à tous les niveaux : de l’individu à la nation, en passant par le ménage et la  communauté »

 Le rapport ajoute que les normes spécifiques et l’inégalité entre les genres sont à l’origine des disparités dans les revenus, les actifs, la capacité de production, le capital humain et le bien- être général des hommes et des femmes.

En ce qui concerne l’inclusion financière, la Responsable de programme senior au centre de Recherches pour le Développement international (CRDI), l’inclusion financière permet aux femmes d’accroître leurs entreprises.

Pour conclure, la Directrice  de AWARD, Wanjiru Kamau-Rutenberg  pense que « les défis majeurs du continent Africain vont tous exiger le meilleur leadership possible et si nous parvenons à résoudre les inégalités entre les genres à l’échelle du continent, nous aurons accès à la trempe des leaders de premier ordre dont nous avons besoin pour résoudre ces problèmes ».

Cette rencontre de haut niveau prend fin ce 13 novembre 2019

Print Friendly, PDF & Email

About Author

Delali AYITE

Delali AYITE, est Journaliste Reporter à la Rédaction de Togomedia24.com

Laisser une réponse

Website Protected by Spam Master