Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
lundi, janvier 27

Agriculture : Yawo AYITE, le jeune qui perce dans la production de l’ananas

En début du mois de décembre 2019, une équipe de la rédaction du journal en ligne Togomedia24 s’est rendue dans la localité de Gbatopé. Un village situé à 5km de la ville de Tsevié sur la route menant vers Tabligbo.

Ce jour nous avions rendez-vous avec AYITE Yawo Mawussi, un jeune producteur agricole de cette contrée connue pour sa production quantitative et qualitative des ananas. C’est sous un chaud soleil qui nous donne une idée sur les conditions de travail des agriculteurs Togolais que nous avons fait le tour du site de sa production.

Parti du statut d’étudiant, M. AYITE est devenu aujourd’hui l’un des plus grands producteurs d’ananas de Gbatopé. Son champ visible sur près d’un hectare est devenu presque sa maison. Chaque jour que Dieu fait, ce producteur prend le soin de contrôler ses cultures dans l’optique de ne pas être surpris par une mauvaise herbe qui pourrait nuire à sa production.

« Au début de cette activité, j’étais étudiant et faisait face à d’énormes difficultés. Un frère à moi, outillé dans les travaux agricoles m’a montré les rouages du champ de l’ananas. Suivant ses conseils, ma vie a été transformée. J’avoue que vous ne serez jamais déçu dans la production de l’ananas.» nous a confié AYITE Yawo Mawussi.

Malgré des nombreux avantages, la culture de l’ananas n’est pas du tout aisé. Notre agriculteur a bien voulu à travers les propos ci-après partager avec nous les difficultés auxquelles, il est quotidiennement confronté.

« Pour avoir un champ d’ananas ce n’est du tout aisé. Seul vous ne parviendrez pas à votre fin, vous devez faire appels à des aides externes. Mais le plus gros problème reste parfois l’absence de la pluie. Une situation qui retarde l’évolution du jeune plant d’ananas.  En dehors de ça, nous connaissons aussi de la mévente. Les fruits sont prêts parfois pour la vente, mais ne trouvons pas de preneurs.  On est obligé de les vendre aux bonnes dames dont les prix ne nous avantagent pas. Pour que nos récoltes ne se pourrissent pas nous sommes contraints de les liquider ainsi »

Comme tout problème à une solution, Yawo peut aujourd’hui pousser un ouf de soulagement. En effet, l’implantation de l’usine « Jus Délice » a Gbatopé a considérablement haussé la productivité de l’ananas et mis fin à la situation de mévente à laquelle a été confronté Yawo Mawussi AYITE.

« Aujourd’hui, tout a changé. L’implantation de l’usine Jus Délice à Gbatopé a permis de mettre fin à la mévente. Le personnel de l’usine se déplace parfois vers nous pour toucher du doigt nos réalités sur le terrain. » se réjouit le jeune producteur avant de ressortir une conséquence de cette situation « il y a une forte demande que nous n’arrivons pas parfois à satisfaire. »

L’implantation de cette usine, n’a pas changé que la vie de Yawo AYITE mais également d’un bon nombre de producteurs de cette localité. Outres cette usine de transformation, les producteurs enregistrent sur le marché d’autres usines qui font d’importantes demandes. Ce qui laisse une forte concurrence sur le marché.

Fort de ce constat, M. AYITE encourage vivement les jeunes sans emplois à se lancer dans l’entrepreneuriat agricole et si possible dans la culture de l’ananas, car dit-il «Aujourd’hui je suis loin de mes galères quand j’étais au campus universitaire »

« Sincèrement, je tire profit. Je que je peux dire à mes jeunes frères sans-emplois c’est qu’ils arrivent à créer leurs propres entreprises, pourquoi ne pas se lancer dans la production de l’ananas. Je suis certain qu’ils ne vont certainement pas le regretter. »

Depuis le début de sa production, AYITE Yawo Mawussi n’a pas pu bénéficier d’un programme d’appui du gouvernement.

« J’invite nos autorités à nous accompagner. Qu’il nous organise des formations enfin que nous puissions s’imprégner d’autres mécanismes de production…»

Ce qui nous a vraiment surpris dans cette interpellation, c’est la demande formulée. Dans sa requête M. AYITE n’a pas évoqué le côté financier mais a plutôt fait cas du renforcement des capacités pour une meilleure production.

Vivement que les autorités en charge de l’agriculture prennent en considération cet appel de AYITE pour l’essor de l’agriculture nationale.  

Print Friendly, PDF & Email

About Author

Redaction TM24

Pour vos articles, reportages, Contact Togomedia24 +228 91 06 25 88 / togomedia24@yahoo.com

Laisser une réponse

Website Protected by Spam Master