Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!
jeudi, février 20

« Grâce à l’anacarde, les plus démunis peuvent gagner leur vie » Alice DJABEGOU

Démarrée mardi dernier, la Foire Agricole édition 2020, prend fin le samedi 25 janvier à Kara. Présent dans le cadre du Forum National du Paysan Togolais, le journal en ligne Togomedia24.com s’est entretenu avec Alice DJABEGOU, responsable communication de Conseil Interprofessionnel de la Filière Anacarde (CIFAT). Dans cet entretien, Mme DJABEGOU exhorte ses camarades femmes à se lancer dans la filière de l’anacarde.

Lisez plutôt :

Dites-nous comment se déroule la foire ?

Merci Togomedia24 pour l’intérêt, il faut dire que la foire a commencé d’une manière timide mais aujourd’hui (ndlr…23 janvier 2020) les choses commencent par bouger. Les gens arrivent à compte-goutte mais nous espérons vraiment encore de monde. Les visiteurs auront la possibilité de s’informer sur les services et différentes offres du CIFAT.

Justement quels sont les services que vous proposez à cette Foire ?

Ici, nous sommes au niveau du stand du Conseil Interprofessionnel de la Filière Anacarde (CIFAT). Notre association regroupe cinq familles : d’abord ceux qui sélectionnent les bonnes semences, les producteurs, les transformateurs, les acheteurs et les exportateurs. Nous vendons aussi les semences améliorées importées du Ghana pour les jeunes entrepreneurs qui désirent s’installer dans la production de l’anacarde. Et surtout pour les jeunes qui désirent s’installer, nous avons un site de 4 000 hectares dans la région centrale. Aussi, nous sommes partout au Togo, nous avons des terrains d’exploitation.

Quelle est la portée où l’intérêt de ce secteur d’activité pour la société ?

Vous savez qu’au Togo, nous considérons les anacardes comme le café du pays puisque toutes les régions en produisent. Tout d’abord en produisant de l’anacarde, l’on peut gagner de l’argent pas non seulement la production mais surtout la commercialisation. Cela peut être aussi un moyen d’emploi pour la jeunesse. Si vous prenez mon exemple personnel, j’étais une femme ménagère malgré les études. Un jour avec l’appui de mon mari j’ai décidé d’entreprendre dans la commercialisation des anacardes, de nos jours je ne me plains pas. A base de l’anacarde nous pouvons garantir notre vie même si on est fonctionnaire. Je demande surtout à mes camarades femmes de se lancer dedans et elles ne regretteront pas.

Un message pour la population togolaise !

J’invite les Togolais à se lancer dans ce secteur d’activité agricole qui ne trompe jamais. Puisque le CIFAT accompagne les entrepreneurs aussi bien sur le plan financier que technique pour réussir cette activité. J’invite encore une fois les femmes comme moi-même je suis femme (rire) et aussi les jeunes à ne pas douter, grâce à l’anacarde, les plus démunis peuvent gagner leur vie. Et aussi l’avantage de la production des anacardes est qu’elle peut être faite partout.

Merci Mme DJABEGOU

Merci à vous pour le soutien que vous ne cessez d’apporter aux entrepreneurs agricoles pour leur visibilité.  

Togomedia24.com depuis Kara

Print Friendly, PDF & Email

About Author

Redaction TM24

Pour vos articles, reportages, Contact Togomedia24 +228 91 06 25 88 / togomedia24@yahoo.com

Un commentaire

Laisser une réponse

Website Protected by Spam Master