1

A Bobo-Dioulasso, des manifestants exigent la démission de Paul-Henri Damiba

Des centaines de manifestants ont pris d’assaut les artères de la ville de Bobo-Dioulasso, ce jeudi 29 septembre 2022, pour exiger la démission du président du Faso, Paul Henri Sandaogo Damiba, pour, disent-ils, son incompétence dans la gestion de la crise sécuritaire.

Cette manifestation spontanée fait suite à la récente attaque d’un convoi de ravitaillement à Gaskindé et qui a causé d’énormes pertes en vies humaines, des blessés et d’importants dégâts matériels.

Des bobolais sont descendus par centaines au centre-ville de Bobo-Dioulasso. Au son des sifflets et des vuvuzelas, ils reprenaient en chœur des slogans comme : « Damiba dégage ! Damiba démission ! ».

Cette injonction, adressée au président du Faso Damiba, a été formulée à l’initiative d’une coalition de mouvements de la ville de Bobo-Dioulasso dont les membres sont majoritairement des commerçants.

Les manifestants reprochent ainsi au président Damiba, une « gestion chaotique » de la situation sécuritaire du Burkina Faso qui, selon eux, « menace de précipiter le pays dans l’impasse ».

Ces manifestants, pour rendre ainsi hommage à leurs frères tombés à Gaskindé et particulièrement à leurs collègues commerçants, ont décrété cette journée du jeudi 29 septembre 2022, une journée « ville morte ». C’est ainsi que certains ont décidé de la fermeture du grand marché de Bobo-Dioulasso et quelques magasins aux alentours.

Source