1

La contractualisation des hôpitaux togolais expérimentée en Afrique

L’approche contractuelle des hôpitaux, lancée par l’État togolais en 2017, fera l’objet d’un essai dans certains pays africains. L’annonce a été faite par la Directrice régionale de l’OMS Afrique, Matshidiso Moeti le mardi 23 août dernier.

Le chef de l’État togolais, Faure Gnassingbé a eu un entretien avec la Directrice régionale de l’OMS Afrique, Matshidiso Moeti. Ceci au cours de la 72e session du comité régional qu’a abrité le Togo. À l’issue des discussions, la Directrice régionale a fait part de son envie de dupliquer le mode contractuel des hôpitaux en Afrique.

« Nous allons promouvoir et partager cette expérience du Togo avec nos États membres dans la région Afrique » a souligné Matshidiso Moeti, la Directrice régionale de l’OMS Afrique.

La Directrice rêve grand pour l’Afrique, et aspire que le système de santé soit mieux financé.

« Nous voulons augmenter le financement, mais je crois que s’il y a une expérience qui montre qu’avec le montant, nous pouvons avoir plus d’impact. Alors c’est un très bon exemple pour nos pays » a-t-elle ajouté.

Précisons que, la contractualisation des unités sanitaires a permis d’observer une hausse de 28% du taux de fréquentation des hôpitaux contractualisés depuis son lancement en 2017.


Pour vos annonces publicitaires, contactez Togomedia24, +228 91 06 25 88

E-mail: togomedia24@yahoo.com




Poliomyélite : une campagne de riposte en cours

Le Togo a démarré le 15 août 2022, une campagne de vaccination de riposte contre la poliomyélite sur toute l’étendue du territoire national. Sont concernés par cette opération de santé, les enfants âgés de 0 à 5 ans vivants au Togo.

« Ensemble, continuons les efforts pour éradiquer la poliomyélite. Mobilisation sur le terrain des agents de santé et des partenaires engagés pour une sensibilisation des familles et une vaccination massive pour sauver les enfants » a indiqué la ministre déléguée chargée de l’Accès Universel des Soins.

Le Togo qui avait cru, il y a quelques années avoir éradiqué cette maladie, devrait faire encore plus d’efforts avec l’appui des partenaires afin d’y parvenir à cette fin.

Notons que cette campagne gratuite se déroulera du 15 au 18 août 2022.


Pour vos annonces publicitaires, contactez Togomedia24, +228 91 06 25 88

E-mail: togomedia24@yahoo.com




Covid-19 : retard dans la livraison des vaccins, les explications du prof Ihou Watéba

Les autorités togolaises avaient annoncées à la sortie d’un conseil des ministres, l’arrivée dans un bref délai, des vaccins contre la Covid-19. Malheureusement à l’heure nous mettons cet article en ligne, le pays n’a pas encore reçu, une dose de vaccin. L’attente devient ainsi longue alors que d’autres nations ont déjà lancé leurs campagnes de vaccination.

Qu’est-ce qui empêche la livraison des doses ? Sur les ondes d’une radio locale, le professeur Ihou Watéba, membre du conseil scientifique a apporté plus d’éclaircissements face à cette situation.

 « On dit l’homme propose, Dieu dispose. Les togolais ont proposé, mais les initiatives internationales ont disposé. Le message d’espoir c’est que ces vaccins ont commencé à être livrés à certains pays comme le Ghana, le Sénégal et la côte d’Ivoire. Il faut aussi remarquer que ces pays qui ont été livrés, sont ces pays qui sont les plus touchés. C’est aussi des pays où la population est dense. Je pense que c’est ce qui motive ce retard », a-t-il souligné.

Outre ces facteurs, d’autres sont d’ordre politique et sanitaire.

« C’est peut-être un problème de logistique. Il y a beaucoup de paramètres. Mais ce que nous devons savoir, c’est que dans l’initiative Covax a dit jusqu’à juin. Donc, jusqu’en juin, l’initiative Covax est dans son timing. Mais pour le cas du Togo, nous avons bonne foi que dans les jours à venir, les doses arriveront. Le débat n’est pas le retard accusé. Le débat c’est que nous devons nous préparer à l’imminence de cette vaccination », prévient-il.

Par ailleurs, le prof Majesté Ihou Watéba souligne que l’initiative Covax prendra en charge que des personnes cibles de 22 à 64 ans qui sont en mesures de recevoir un vaccin, mais le corps médical et les personnes souffrantes du virus seront privilégiés.

« Quand on fait le calcul et on le ramène au niveau du Togo, nous serons autour de 3 millions de personnes qui seront ciblées. Ces 3 millions représentent 30 ou 35 % de la population…», a-t-il indiqué.

Occasion pour le ministre d’exhorter les populations au respect scrupuleux des mesures barrières, telles que : le lavage des mains, le port du masque et la distanciation physique.




Santé : les acteurs de la société civile formés sur la CSU et du plaidoyer budgétaire

La couverture santé universelle (CSU) demeure l’une des priorités des acteurs de la société civile. Toutefois, l’atteinte de cet ambitieux programme passe par la mise en œuvre de plusieurs actions notamment, le renforcement des capacités de ces acteurs.

Une séance de formation a réuni en ce sens, à Lomé (02 mars 2021), une vingtaine de personnes issues des organisations de la société civile sur le financement de la santé, la CSU et le plaidoyer budgétaire en Afrique francophone.

Financée par Impact Santé Afrique, cette session de renforcement des capacités avait pour objectifs -d’identifier les grands défis en matière de santé au Togo et leurs sources ; – ressortir les engagements nationaux et internationaux du Togo en matière de santé ; dire ce que c’est que la couverture santé universelle et comment s’y prendre pour l’atteindre à l’horizon 2030 au Togo.

« Mettre sur pied un groupe national de plaidoyer entre acteurs de la société civile, pour mobiliser les ressources pour un accès de couverture santé universelle en vue de ressortir les dépenses efficaces, est l’un des points clés de cet atelier de formation dont je suis le formateur » a indiqué M. Augustin KOLA, consultant et chef d’équipe des formateurs.

Les facilitateurs de ce présent atelier de formation se sont basés sur une approche pédagogique qui a impliquée les participants dans une transformation personnelle, groupale et sociale. Avec cette stratégie, messieurs Augustin KOLA et Apoté ZEKPA ont suscité des échangés interactifs et des partages d’expériences entre, eux les formateurs et les participants.

Du coté des acteurs, cette formation est venue à point nommé pour renforcer leurs engagements dans le processus de l’atteinte de la couverture universelle de santé.

Augustin DOKLA, Président du Réseau des Associations des Personnes vivants avec le VIH au Togo a indiqué que les attentes sont entre autres de partager les expériences personnelles ou des témoignages sur les services de santé, ressortir les problèmes afin de trouver des solutions efficaces pour que les togolais aient droit à une couverture santé universelle.

Il était question également au cours de cette formation de mettre en place une feuille de route pour amorcer l’accès universel, revisiter les différents engagement du Togo en matière de couverture santé universelle sur le plan national, régional et international.

Depuis la formation du nouveau gouvernement en 2020, le volet de l’accès universel des soins a été ajouté au portefeuille du ministère de la santé et de l’hygiène publique.