1

L’Université de Kara entame sa dernière vague de formation sur l’insertion professionnelle.

La nouvelle stratégie de formation pour la facilitation à l’insertion professionnelle des étudiants de L’Université de Kara se poursuit. La cinquième vague de cette série de formation en cours, a lieu du 30 novembre au 02 décembre 2021. Ces différentes sessions de formations ont été organisées par l’Université de Kara et appuyées financièrement par la fondation Hanns Seidel.

 « Aujourd’hui, nous sommes pleinement satisfaits de ces différentes vagues de formations. À l’Université de Kara, il ne s’agit pas seulement de former les talents, mais il faudrait aussi par rapport aux urgences du système LMD, faciliter leur insertion socio-professionnelle. Je saisis l’occasion pour remercier la fondation Hanns Seidel qui n’a ménagé aucun effort pour financer ces cinq vagues de formations » s’est réjoui BOZIKE Passima, coordinateur adjoint du programme campus citoyen.

KOADIMA Pouguime, étudiant en FDSP, parcours licence, délégué général de l’Université, l’un des étudiants formés de la vague précédente affirme que « ça a été vraiment une grande découverte, notamment la rédaction de son plan de développement dont je n’avais aucune idée. Je pense que deux modules m’ont intéressé, d’abord la gestion du plan et carrière, ensuite les outils administratifs. Je dis un merci sincère au président de l’Université de Kara, merci également à la fondation. Nous nous réjouissons et s’il y a lieu, nous souhaitons que ces genres de formations soient réorganisés dans les années à venir.»

Les cinq vagues de formations s’inscrivent dans le cadre du programme campus citoyen qui, selon le coordinateur adjoint, monsieur BOZIKE, date de 2017. Ce programme se subdivise en trois composantes à savoir : le renforcement de capacité, la vie universitaire et la recherche action.

Au total, cent étudiants en fin de cycle sont outillés en vue d’être compétitifs sur le marché de l’emploi.

Augustine PALI




L’Université de Kara dévoile les conditions de reprise des cours

Les autorités Togolaises ont décidé lundi dernier, de la réouverture des universités publiques et privées. Quelques jours après cette décision, l’Université de Kara a dévoilé, ce vendredi 17 juillet 2020, au cours d’une rencontre avec la presse, son plan de réouverture.

Il a été question pour les premiers responsables de cette institution de partager avec les medias et la communauté estudiantine, les conditions pratiques de la reprise partielle des activités pédagogiques et académiques.

En effet, l’Université de Kara avait suspendu depuis plusieurs semaines, le déroulement normal de ses activités. Cette cessation momentanément des activités faisait suite à la décision du gouvernement Togolais de fermer les établissements scolaires et universitaires à partir du 20 mars 2020, en vue de limiter la propagation de la pandémie du Coronavirus.  

Dans l’optique d’atteindre ses objectifs, l’institution a instauré le programme de la formation en ligne, démontrant ainsi sa capacité à s’adapter aux situations imprévues. Cette pédagogie à distance a permis aux étudiantes et étudiants de se faire former depuis leurs domiciles. Une expérience qui a abouti à des résultats prometteurs, selon le Professeur Komlan SANDA, président de l’Université de Kara.

« Cette crise sanitaire a permis à l’Université de Kara d’expérimenter la pédagogie à distance. Et on peut dire que c’est devenu une réalité et fait partie de ce qui va désormais se faire à l’université comme le recommande l’UNESCO, la CEDEAO ou encore l’UEMOA » a-t-il déclaré.

Cependant, cette expérience n’a pas été sans difficultés. Plusieurs étudiants ont éprouvé des difficultés à s’adapter à cette nouvelle situation.

Obligée de poursuivre les activités dans le contexte sanitaire actuel, l’université acte donc la réouverture partielle de ses portes. Cette réouverture se fera avec des conditions exceptionnelles. Il s’agit notamment d’une réduction considérable du nombre d’étudiants dans les amphithéâtres, la cohabitation présentielle, tout en respectant la distanciation sociale ainsi que la réorganisation des cours. S’agissant précisément de l’effectif, seul le tiers soit 7 000 sur 21 000 étudiants reprendront les cours.

Aussi, d’autres mesures liées à la réduction et la limitation des étudiants dans les bus, tout comme la suppression de transports au centre-ville pour le campus Nord sont prises.

Du point de vue exclusivement sanitaire, c’est le Doyen de la Faculté des Sciences de Santé, le Dr Déladem AZOUMAH qui a présenté les conditions pratiques à adopter. Ces mesures doivent être rigoureusement mises en œuvre notamment, le port obligatoire des masques, le lavage systématique des mains et le respect de la distanciation sociale.

Pour finir, le Président de l’Université de Kara a invité ses collègues enseignants à plus de solidarité, de fraternité en cette période  exceptionnelle que traverse le Togo.

Pour rappel, les cours vont reprendre de manière effective, le lundi 20 juillet et prendront fin en décembre 2020. Exceptionnellement, cette reprise progressive débutera avec les étudiants en master, suivie de ceux du parcours licence.

Jean CANTCHEKI, Correspondant Togomedia24.com depuis Kara.




Éducation : l’université de Kara s’appuie sur le numérique

La révolution numérique avance à « la vitesse de la lumière »

La digitalisation, la numérisation, la mutation numérique, l’intelligence artificielle… sont des expressions qui désignent la nouvelle révolution dite numérique. Elle affecte tous les domaines : santé, économie, société, transport, éducation, formation, l’agriculture… À regarder de plus près, l’on peut remarquer que, pour qui veut survivre, il est nécessaire de se lancer dans le numérique avec ce qu’il a et ce qu’il connaît. Il est inutile d’attendre que « les feux soient au vert » ou que les conditions soient réunies.

Souvenez-vous qu’en début des années 2000, des initiations et des formations en informatique s’organisaient. On y apprenait Windows, Word, Excel et PowerPoint… Certains ont résisté et naturellement d’autres se sont engagés. En très peu de temps, les recruteurs ont commencé à exiger ces compétences chez les demandeurs d’emplois et ceux qui travaillaient déjà étaient contraints de se faire recycler.

2000 – 2020 ; en 20 ans seulement, les choses ont beaucoup évolué avec l’avènement des smartphones, des cours et des formations en ligne, des distributeurs automatiques de billets (qui menacent le métier de caissier), les drones, les vélos et les véhicules connectés, les poubelles intelligentes… c’est dire combien le domaine du numérique avance à « la vitesse de la lumière ».

Agissons aujourd’hui pour demain

À l’Université de Kara, une nouvelle page s’est ouverte depuis le 04 mai avec les cours à distance. Le Covid-19 a occasionné l’exploitation du potentiel numérique pour continuer la formation des talents à l’Université de Kara. Évitons cette attitude qui dit : « les conditions ne se sont pas réunies ; on n’est pas encore arrivé à ce niveau… ». Il y va de notre survie professionnelle et de notre ascension sociale dans les prochaines années de nous mettre au pas du numérique ; de saisir l’opportunité de notre séjour à l’Université de Kara pour s’initier et se faire former au numérique et à l’intelligence artificielle, car le danger est grand pour ceux qui tenterons de s’y soustraire. Près de 30% des métiers et emplois que nous connaissons aujourd’hui disparaîtrons en 2030 et 45% employés devront se reconvertir ou s’adapter.

Le Programme Campus Citoyen (P2C) encourage tous les étudiants de l’Université de Kara à tirer un maximum de profit et d’opportunités, qu’offre la révolution de l’écosystème  numérique dans tout son ensemble.

Aujourd’hui, le smartphone, la tablette, le desktop et ou le laptop deviennent plus utiles qu’avant cette crise sanitaire. Selon M. Passima Bozike, coordonnateur adjoint du P2C,

N’attendons pas demain pour s’y mettre. Profitons du projet Galilée pour se procurer des ordinateurs de très bonne qualité. Tout le monde n’a pas un smartphone ou un ordinateur ou une tablette, cela est vrai! Mais s’en  procurer devient une nécessité pour quiconque souhaite et désir survivre professionnellement et être utile à lui-même et à sa famille. La connexion internet est une difficulté, cependant nous pouvons relever ce défi, car ce que nous avons à gagner en vaut la chandelle.

Au final, tout ce que nous aurons acquis comme connaissances et aptitudes serviront de « tapis rouge » qui nous sera déroulé ou d’échelle qui nous sera dressé pour notre ascension sociale. Agissons donc aujourd’hui pour demain.

Programme Campus Citoyen

« Un programme de l’Université de Kara pour les étudiants et les communautés à la base »

Source